Publicité

Coupe du Monde 2022 : la police du Qatar piétine et interdit un drapeau brésilien confondu avec un symbole LGBT

Coupe du Monde 2022 : la police du Qatar piétine et interdit un drapeau brésilien, pensant qu'il est de la communauté LGBTQIA+. - pexels.com/Alexander Grey
Coupe du Monde 2022 : la police du Qatar piétine et interdit un drapeau brésilien, pensant qu'il est de la communauté LGBTQIA+. - pexels.com/Alexander Grey

Après le match Argentine - Arabie saoudite, deux journalistes brésiliens ont eu des problèmes avec la police du Qatar et la sécurité du stade. La FIFA a interdit les brassards "One love", et les Qataris ne veulent pas voir de drapeaux de la communauté LGBTQIA+. Et en voyant l'arc-en-ciel sur le drapeau du Pernambouc, un Etat du Brésil, ils ont cru que c'était un soutien LGBT. Ils ont alors pris le drapeau et l'ont piétiné...

Après la FIFA qui a lancé une interdiction de porter des brassards "One love" contre les discriminations LGBTQIA+ (et a fait changer les maillots de la Belgique), c'est au tour des policiers du Qatar de faire preuve d'homophobie. En même temps, petit rappel, l'homosexualité est jugée illégale dans le pays qui accueille la Coupe du Monde 2022, elle peut même être punie par de la prison et de la torture.

Alors que les Allemands ont défié la FIFA et sa censure de la communauté LGBTQIA+, des journalistes brésiliens qui couvrent le Mondial de foot ont eu affaire à la police du Qatar, qui a pris leur drapeau pour un soutien LGBT. Victor Pereira et son collègue Kelvin Maciel sortaient du stade, après le match opposant l'Argentine à l'Arabie saoudite, et interviewaient des volontaires brésiliens quand ils ont été approchés par des policiers et la sécurité. Ils portaient le drapeau de leur Etat, le Pernambouc, un des États fédérés du Brésil. Problème : il y a un arc-en-ciel dessus, de quoi vénère les homophobes !

"Nous avons été approchés à cause du drapeau de Pernambuc, qui a un arc-en-ciel et ils ont pensé que c'était le drapeau LGBT. Ils ont pris mon téléphone portable et ne me l'ont rendu que lorsque j'ai effacé la vidéo que j'avais" a expliqué Victor Pereira dans une série de vidéos postées sur Twitter.

"Ils ont même pris le drapeau", "l'ont jeté par terre et l'ont piétiné"

Les deux membres des médias ont précisé :...

Lire la suite


À lire aussi

"Il y a eu de gros changements..." : un couple de Familles nombreuses annonce sa rupture choc
Après Kevin Guedj, Belle prête à faire exploser le couple d'un potentiel champion du monde ?
Netflix : trois ans après un énorme échec au cinéma, ce film inconnu en France cartonne enfin sur la plateforme