Publicité

Coupe de France: l'OL se qualifie pour les huitièmes de finale en tremblant face à Bergerac

Lyon, en délicatesse en L1, a évité le piège tendu par les amateurs de Bergerac (N2), spécialistes de la Coupe de France mais battus avec les honneurs (2-1) en 16e de finale vendredi soir à Limoges. Comme attendu face à cette équipe périgourdine très plaisante à voir évoluer avec de la technique et peu de moments de panique malgré les trois divisions d'écart, qui avait qualifié ce match comme "le plus grand de notre histoire", les Lyonnais n'ont pas eu la partie facile sur le terrain bosselé de Beaublanc malgré une domination territoriale, souvent stérile ou maladroite.

>> Revivez Bergerac-OL (1-2)

L'OL a fini en supériorité numérique

Leur salut est venu de Maxence Caqueret à la reprise limpide à la chute d'un coup franc de Ryan Cherki renvoyé dans l'axe (78) alors que Bergerac évoluait en infériorité numérique depuis un petit quart d'heure après l'exclusion de Christian Gyeboaho pour une semelle sur Corentin Tolisso. Avant cet épilogue heureux mais somme toute logique au regard des occasions respectives, les hommes de Pierre Sage avaient surtout enchaîné les mauvais choix en phase offensive, hormis à la 37e minute quand Cherki a hérité d'un ballon contré, a servi en profondeur Alexandre Lacazette pour une passe en retrait gagnante en direction de Malick Fofana (1-0).

Lopes décisif

Sauf que cet avantage n'a duré que huit minutes, le temps pour Bergerac d'égaliser par son buteur attitré Romain Escarpit, seul aux six mètres pour reprendre un centre de Hicham Mlaab (45+1). L'OL, privé en défense centrale de Jake O'Brien et Duje Caleta-Car, suspendus, avait aligné pour l'occasion sa recrue brésilienne Adryelson, averti après seulement trois minutes pour un pied haut, et pas loin de reprendre un centre fuyant juste avant la pause. Son seul autre véritable fait d'armes puisqu'il est resté aux vestiaires pendant la coupure citron par choix tactique avec un passage à trois défenseurs vu la possession en faveur des pensionnaires de L1. Ces derniers auront donc mis plus d'une demi-heure pour prendre la mesure d'un adversaire, qui a déjà placardé à son tableau de chasse Metz, Lens et Saint-Etienne et atteint les quarts de finale de l'épreuve en 2022, et avait manqué sa chance avant le but de Caqueret sur une action en triangle d'école avec le latéral Steven Luyambula butant sur Anthony Lopes (74).

Article original publié sur RMC Sport