Publicité

Coupe de France: l'OL écarte le Losc pour rejoindre les quarts de finale

La confirmation. Après la victoire en championnat contre l'Olympique de Marseille, l'Olympique Lyonnais a enchaîné mercredi 7 février avec un succès 2-1 contre le Losc en huitièmes de finale de la Coupe de France. Moribond et semblant se diriger tout droit vers la Ligue 2 à l'automne, l'OL, après un mercato hivernal qui paraît pour l'heure pertinent et qui a renforcé le groupe dans toutes ses lignes, offre un visage enfin conquérant, séduisant ses supporters.

Pour ce huitième de finale, Sage avait choisi de titulariser le gardien brésilien Lucas Perri arrivé début janvier. L'ancien portier de Botafogo s'en est très bien sorti, décisif sur des tirs de Jonathan David (32e), Adam Ounas (33e), Ismaïly (37e) ou encore Edon Zeghrova (47e). Chanceux sur une reprise de David envoyée au-dessus (43e), il a pourtant dû s'incliner sur une reprise de la tête d'Alexsandro à la réception d'un coup franc tiré par Zeghrova, qui a permis à Lille de revenir à 2-1 (53e). Sa performance globale pourrait donner quelques tourments à Pierre Sage dans la concurrence qui s'annonce avec Anthony Lopes, indéboulonnable depuis 2013 et à qui il reste un an de contrat.

Avant le but lillois, l'OL avait toutefois très bien entamé la rencontre avec un onze un peu modifié. Sage, dans sa gestion d'une semaine à trois matches, avait choisi de ménager quelques joueurs comme Nemanja Matic, Ernest Nuamah ou Alexandre Lacazette. Outre Perri, Orel Mangala, recruté au mercato, a aussi fait ses débuts au milieu.

Premier but pour Orban

Le gardien lillois Lucas Chevalier a ainsi dû intervenir devant Gift Orban et Corentin Tolisso (8e, 12e) mais Orban, servi par Rayan Cherki, a ouvert la marque en gagnant son duel avec le portier lillois (40e). Cherki, resté sur le banc face à l'OM mais qui a cette fois-ci livré un match plein et collectif, dribblant à bon escient, a porté le score à 2-0 en début de seconde période sur une action confuse (48e).

Toutefois, comme face à Marseille, la seconde période a été plus difficile pour l'OL, qui a néanmoins su faire front pour conserver son avance, avec un bon repli défensif et une organisation ne laissant que peu d'espaces aux Lillois, dans l'incapacité de donner de la vitesse à leur jeu.

Dominateurs à la fin du match, les Nordistes n'ont également pas été très précis dans leurs actions, ne se créant finalement aucune autre occasion d'égaliser.

Article original publié sur RMC Sport