Publicité

Le “costume Kaunda”, adopté par le président kényan mais banni du Parlement

Lors d’une annonce mardi 28 novembre, le président de l’Assemblée nationale du Kenya, Moses Wetangula, a prononcé l’interdiction du port du “costume Kaunda” dans l’enceinte du Parlement kényan. Le costume, baptisé en hommage à l’ancien président zambien Kenneth Kaunda (1924-2021), est donc banni en même temps que les habits traditionnels pour privilégier un code vestimentaire plus strict, précise The Star. Le quotidien de Nairobi relaie les propos de Wetangula, qui motivait ainsi sa décision :

“Je le fais pour nous prémunir contre la négation des convenances, au regard en particulier de la préférence de certains parlementaires, actuellement, qui viennent en plénière ou en commission vêtus d’une tenue trop décontractée.”

Le costume Kaunda est une adaptation des habits coloniaux. Il est composé d’une veste de type safari – à manches courtes ou longues – et d’un pantalon long assorti. Il est porté sans cravate et n’est pas sans rappeler le “costume Mao”, porté par le leader communiste chinois. “Les hommes politiques sont de plus en plus nombreux, ces temps-ci, à se présenter en costume Kaunda lors d’événements publics, une tendance très probablement inspirée par le président William Ruto”, remarque Nairobi News, ajoutant : “Par le passé, nombre de dirigeants kényans se sont composé leur propre look, à l’image de l’ancien président Uhuru Kenyatta, connu pour son goût pour les chemises à motifs fabriquées localement par la marque africaine Rivatex, ou de Mwai Kibaki, qui ne dérogeait que rarement au costume trois pièces.”

“L’époque des pattes d’ef et de la fierté noire”

Depuis son arrivée au pouvoir, en août 2022, William Ruto a multiplié les apparitions remarquées en costume Kaunda – couleur safran, ocre, indigo ou gris ardoise. En juillet, Nation soulignait cette “nouvelle passion” du président et ne manquait de mentionner les autres dirigeants africains arborant régulièrement cet ensemble : du président ougandais, Yoweri Museveni, à son homologue congolais, Félix Tshisekedi, en passant par le Burundais Évariste Ndayishimiye.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :