Corse: une enquête ouverte après une violente agression homophobe, soutiens de Moreno et Darmanin

·3 min de lecture
Un drapeau LGBT. - JANEK SKARZYNSKI
Un drapeau LGBT. - JANEK SKARZYNSKI

"Agressés par 20 personnes." Dans la nuit de mercredi à jeudi, un couple d'hommes gays a été victime d'une agression homophobe à Rogliano (Haute-Corse), a indiqué Arnaud Viornery, le procureur de la République de Bastia, dans un communiqué consulté par BFMTV.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bastia pour violences volontaires avec interruption totale de travail inférieure ou égale à 8 jours en réunion et à raison de l’orientation sexuelle des victimes. Elle a été confiée à la brigade des recherches de Bastia et à la communauté de brigades de Brando.

6 et 8 jours d'ITT

Un groupe de cinq personnes, en vacances en Corse, s'est rendu dans un bar du port de Macinaggio mercredi soir pour y passer la soirée après avoir assisté au feu d'artifice de la commune.

Deux membres de ce groupe, un couple d'hommes gays, ont essuyé des insultes homophobes avant de recevoir des coups de pieds et des coups de poings de la part de plusieurs individus. Ils ont reçu des interruptions totales de travail de 6 et 8 jours.

"Je peux mourir pour être qui je suis"

Sur Instagram, Benoît, l'une des deux victimes, a expliqué que "littéralement tout le bar" leur a couru après avec son compagnon Mickaël pour les "frapper parce qu'[ils] sont 'PD'". "J'ai même pas compris ce qui se passait, j'ai jamais vu ça. C'est une haine que je n'avais croisée que dans les films ou les livres, là c'était en vrai", a-t-il ajouté, encore sous le choc.

"À tous mes amis qui se demandent pourquoi ça compte autant pour moi d'être gay, de me mettre dans une case, ben voilà pourquoi, parce que je peux mourir pour être qui je suis. Heureusement je cours encore assez vite", a-t-il affirmé dans la même story.

Après un passage aux urgences, ils se sont retrouvés chacun avec le nez cassé et "des grosses contusions".

Soutien d'Elisabeth Moreno

Sur les réseaux sociaux, ils ont reçu le soutien des chanteuses, ouvertement lesbiennes, Hoshi et Aloïse Sauvage, de l'artiste Leo Bear Creek, moitié du duo The Pirouettes, et du chanteur Voyou.

Élisabeth Moreno, la ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, a également apporté son soutien aux deux hommes, se demandant sur Twitter: "Comment peut-on risquer de mourir pour ce que l'on est?", avant d'ajouter: "Insupportable. Intolérable."

"Ne cédons rien face à la haine. Ne rien laisser passer", a-t-elle conclu.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a également apporté son "soutien total aux deux victimes" de cette "violente agression homophobe", sur Twitter. Il a affirmé que "ces actes infâmes ne doivent pas rester impunis".

Dimanche dernier, un rassemblement contre l'homophobie a été organisé à Paris par le média Friction Magazine, le parti politique NPA, le groupe Discoquette et la plateforme Les Disques du Lobby. Il faisait suite au meurtre d'un jeune homme homosexuel en Espagne, Samuel Luiz, quelques jours plus tôt.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles