Coronavirus: Varsovie s'inquiète des risques de contamination lors des manifestations pro-IVG

par Agnieszka Barteczko et Pawel Florkiewicz
·2 min de lecture
CORONAVIRUS: VARSOVIE S'INQUIÈTE DES RISQUES DE CONTAMINATION LORS DES MANIFESTATIONS PRO-IVG
CORONAVIRUS: VARSOVIE S'INQUIÈTE DES RISQUES DE CONTAMINATION LORS DES MANIFESTATIONS PRO-IVG

par Agnieszka Barteczko et Pawel Florkiewicz

VARSOVIE (Reuters) - Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a appelé mardi à la fin des manifestations pour le droit à l'avortement, estimant qu'elles faisaient courir un risque majeur de contamination par le coronavirus.

Depuis cinq jours, les manifestations se succèdent dans les grandes villes du pays afin de protester contre une décision du Tribunal constitutionnel qui a invalidé jeudi dernier une disposition autorisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en cas de malformation du foetus.

Une fois la décision de la cour entrée en vigueur, seuls le viol, l'inceste et les risques graves pour la vie ou la santé de la mère pourront justifier une interruption de grossesse. Ces cas ont représenté environ 2% des IVG pratiquées ces dernières années.

"Ces débordements que nous voyons dans les rues ne devraient absolument pas avoir lieu. Nous nous opposerons de manière décisive à tout acte d'agression", a déclaré Mateusz Morawiecki.

Le Premier ministre a ajouté que le gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS) garantirait la prise en charge des mères et des enfants nés malgré des problèmes de santé pour les aider à "vivre une vie normale".

Les manifestants craignent que les femmes soient contraintes de mener à terme leurs grossesses malgré la détection de troubles génétiques chez le foetus pouvant entraîner la mort du bébé lors de l'accouchement ou peu après.

La décision du tribunal a également nourri une réaction exceptionnellement vive contre l’Église catholique polonaise, le clergé étant considéré comme très proche du PiS au pouvoir et de ses alliés ultra-conservateurs au parlement.

Les marches ont eu lieu dans tout le pays en dépit des restrictions interdisant les rassemblements publics de plus de cinq personnes afin de freiner la forte propagation de l'épidémie de coronavirus.

La Pologne a enregistré mardi un nouveau record journalier de 16.300 nouvelles infections et a imposé vendredi dernier la fermeture des bars et des restaurants pendant deux semaines.

(Avec Anna Koper, version française Diana Mandiá, édité par Jean-Michel Bélot)