Coronavirus : les sommets de l'Himalaya de nouveau visible avec la baisse de la pollution

Les montagnes du massif de Dhauladhar sont désormais visibles de (très) loin.

La diminution considérable de la pollution atmosphérique liée au ralentissement de l’activité imposé par la crise du Covid-19 provoque des changements de paysage parfois stupéfiants, à l’image de ce que peuvent observer les habitants de Jalandhar (Inde) depuis quelques jours.

Meurtrière - elle a déjà fait près de 90 000 victimes à travers le monde - et particulièrement déstabilisatrice pour les structures sociales tout autour du globe, la pandémie de Covid-19 aura au moins eu un effet positif. En contraignant de nombreux pays à ralentir considérablement leur activité économique pour limiter la propagation du virus, elle a en effet provoqué une baisse de la pollution atmosphérique dans des proportions jamais observées au XXIe siècle.

Un massif montagneux se découvre

Tous les habitants confinés des grandes villes ont pu le constater ces dernières semaines : il a suffi de quelques jours de quarantaine pour dissiper quelque peu le nuage brumeux dans lequel ils vivent au quotidien, et ainsi éclaircir le ciel. Dans certaines régions, le recul de la pollution a même changé radicalement le paysage.

Ainsi, en Inde, les habitants de la ville de Jalandhar, située au nord du Penjab, ont découvert un nouvel horizon, une fois évaporé le nuage de pollution entourant cette métropole de près de 900 000 habitants. Au loin, en direction du nord-est, les Jalandhariens peuvent désormais clairement distinguer le massif de Dhauladhar, l’une des chaînes de montagnes de l’Himalaya.

“Je n’aurais jamais imaginé que c’était possible”

À l’instar de l’ancien international de cricket Harbhajan Singh, bon nombre de Jalandhariens n’avaient tout simplement jamais assisté à un tel spectacle de toute leur vie. “Je n’aurais jamais imaginé que c’était possible, a commenté la star locale. C’est un signe évident de l’impact que nous avons sur notre mère la Terre avec la pollution.”

Répondant au tweet d’Harbhajan Singh, d’autres habitants de la région ont publié leur vue du massif de Dhauladhar, situé à plus de 100 kilomètres de là et dont les sommets les plus hauts culminent à près de 6000 mètres d’altitude.