Coronavirus : peut-on craindre une carence en vitamine D ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Coronavirus : peut-on craindre une carence en vitamine D ?

Pendant au moins quinze jours, les Français sont confinés chez eux. Ces restrictions de circulation peuvent-elles engendrer des carences ? Éléments de réponse avec Florence Foucaut, nutritionniste.

Bonne pour les os, bonne pour le cœur, la vitamine D joue un rôle essentiel dans la structure osseuse du corps humain. Elle est nécessaire pour que le calcium se fixe dans l’organisme et que le phosphore soit correctement absorbé par l’intestin. L’insuffisance en vitamine D est très fréquente puisque près de 80% des Français seraient concernés. Quand la concentration sanguine en vitamine D est inférieure à 20 nanogrammes par mL de sang, elle est alors considérée comme insuffisante. La source principale de vitamine D c’est le soleil et ses rayons ultraviolets. Mais le confinement décidé pour tous les Français depuis ce mardi 17 mars pour lutter contre l’épidémie de coronavirus peut-il engendrer des carences en vitamine D ?

Pour Florence Foucaut, nutritionniste et diététicienne, le risque est faible. “L’exposition aux rayons du soleil et aux ultraviolents stimule la synthèse de la vitamine D par la peau. En ce moment, les jours rallongent énormément. Le fait de se mettre seulement à sa fenêtre quelques minutes ou de promener un petit peu son chien permet de faire le plein de vitamine D. Alors, il n’y a pas à s’inquiéter d’une possible carence”. Perte osseuse, faiblesse musculaire, état de fatigue, la véritable carence à la vitamine D concerne uniquement ceux dont la concentration sanguine en vitamine D descend en-dessous de 10-12 nanogrammes par ml.

Adaptez votre alimentation

En plus des rayons du soleil, il existe une autre source d’apport en vitamine D : l’alimentation. “La source la plus riche reste le soleil mais l’alimentation peut jouer un rôle. Pour cela, certains aliments sont à privilégier”, détaille Florence Foucaut. Elle recommande par exemple de cuisiner des poissons gras (hareng, truite, saumon, sardine, maquereau) et de manger du jaune d’œuf. “Pensez également aux produits laitiers qui apportent une dose intéressante de calcium et de vitamine D. Les fromages apportent environ 5% de vitamines D. Par exemple, le camembert a la même teneur que le parmesan”, rapporte la nutritionniste.

Enfin, la vitamine D se trouve évidemment en forte concentration dans l’huile de foie de morue. “Si peu de personnes en raffolent, certaines marques vendent des foies de morue aromatisés au piment d’Espelette. Sur du pain grillé, c’est une alternative délicieuse pour un apéritif”, suggère Florence Foucaut. Apéritif qui, pendant ces prochaines semaines, ne pourra se faire que… par Skype.