Coronavirus: Une "pause" recommandée pour le vaccin J&J aux États-Unis

·3 min de lecture
CORONAVIRUS: UNE "PAUSE" RECOMMANDÉE POUR LE VACCIN J&J AUX USA

PARIS (Reuters) - Les autorités sanitaires américaines ont proposé mardi la suspension pendant quelques jours au moins, pour davantage de sûreté, du vaccin contre le COVID-19 de Johnson & Johnson, le temps d'analyser en détail six cas de survenue de caillots sanguins atypiques et sévères chez des personnes ayant reçu ce vaccin.

Le groupe pharmaceutique américain a annoncé dans la foulée le report du déploiement de son vaccin en Europe, où il fait l'objet d'un examen depuis vendredi par l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour les mêmes motifs.

Dans un communiqué commun, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et l'autorité américaine des médicaments (FDA) recommandent "une pause dans le recours à ce vaccin, par mesure de prudence", d'ici à ce que les analyses approfondies des cas rapportés soient terminées.

"A l'heure actuelle, ces effets indésirables semblent extrêmement rares", avec six cas identifiés sur plus de 6,8 millions de doses du vaccin de J&J déjà administrées aux Etats-Unis, mais l'innocuité des vaccins est "la priorité absolue" du gouvernement fédéral, soulignent les deux agences.

Les six cas recensés concernent des femmes âgées de 18 à 48 ans qui avaient reçu le vaccin six à 13 jours plus tôt et ont développé des caillots sanguins atypiques (thromboses des sinus veineux cérébraux), associés à un faible taux de plaquettes dans le sang (thrombocytopénie).

UN DÉCÈS SIGNALÉ

Selon la FDA, un décès a été signalé parmi elles et une patiente est dans un état critique.

La commissaire par intérim de l'autorité de santé, Janet Woodcock, a déclaré que cette pause serait une affaire de jours et devait permettre aux autorités sanitaires de fournir des informations aux services de santé sur la manière de diagnostiquer et traiter ces caillots sanguins.

Un comité consultatif des CDC se réunira mercredi pour examiner les six cas de thrombose recensés et la FDA étudiera son analyse.

Il est "tout à fait évident" que ces cas de thrombose atypiques sont "très similaires" à ceux recensés chez des personnes vaccinées à l'aide du vaccin d'AstraZeneca, a encore indiqué la FDA.

Aucun cas de thrombose atypique n'a en revanche été signalé parmi les personnes vaccinées à l'aide des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna, qui reposent sur une technologie différente.

La Maison blanche a fait savoir que cette pause dans l'administration du vaccin de Johnson & Johnson ne devrait pas avoir un impact "significatif" sur la campagne vaccinale aux Etats-Unis et sur son objectif de pratiquer quelque 3 millions d'injections quotidiennement pour atteindre 200 millions avant les 100 premiers jours de la présidence de Joe Biden.

L'administration du vaccin a en effet été limitée aux Etats-Unis par des problèmes de production.

Concernant l'Europe, où Johnson & Johnson a commencé à livrer son vaccin lundi, le commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, a indiqué récemment que le groupe pharmaceutique américain s'était engagé à livrer 55 millions de doses à l'UE d'ici à la fin juin et 120 millions de doses supplémentaires au cours du troisième trimestre.

(Myriam Rivet avec Michael Erman à Maplewood, New Jersey, Manas Mishra à Bangalore, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Bertrand Boucey et Nicolas Delame)