Coronavirus : le jogging présente des risques importants de contagion, selon une étude

La pratique du jogging favorise-t-elle la transmission du coronavirus ? (DR/YouTube/Ansys)

Des simulations réalisées par l’entreprise Ansys indiquent que la distance d’un mètre entre les individus recommandée pour éviter la transmission du Covid-19 serait en fait insuffisante, particulièrement pour les adeptes du jogging.

Difficile de faire plus explicite. Dans une série de vidéos publiées sur sa page YouTube, l’entreprise américaine Ansys, spécialisée dans la simulation numérique, a tenté de mettre en images les défis et difficultés liés à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

S’appuyant notamment sur une étude réalisée conjointement par les universités de Louvain (Belgique) et d’Eindhoven (Pays-Bas), certaines de ces modélisations jettent clairement le doute sur l’efficacité des mesures de distanciation sociale prônées par le gouvernement français. Ainsi, observer une distance d’un mètre entre les individus ne serait pas suffisant pour limiter la transmission du virus.

“Les gouttelettes expulsées lors d'un éternuement peuvent parcourir jusqu'à 28 m/s”

“Les recherches menées par Ansys montrent qu'une distance d'un mètre est insuffisante pour se protéger de la contamination par le Covid-19”, confirme Thierry Marchal, directeur Santé chez Ansys, interrogé par Futura Sciences.

“En effet, à cette distance, les gouttelettes expulsées lors d'un éternuement ou d'une quinte de toux peuvent parcourir jusqu'à 28 m/s dans certaines conditions et n'ont pas le temps de retomber au sol sous l'effet de la gravité. Après 1,5 mètre ou 2 mètres, la majorité des gouttelettes, en matière de volume rejoignent le sol. Le risque de contamination est moindre, mais le risque nul n'existe pas toutefois.”

“Un coureur devrait respecter une distance de 3 mètres minimum et les cyclistes de 10 mètres”

Une autre vidéo récemment mise en ligne par Ansys montre par ailleurs que la pratique du jogging peut représenter un facteur aggravant de transmission du virus, notamment parce que la portée des molécules expulsées est plus grande.

À l’heure où, pour rester en forme pendant le confinement, de nombreux Français pratiquent quotidiennement ce type d’activité sportive, il pourrait donc être salvateur d’augmenter les distances entre chaque individu, comme le préconise Futura Sciences : “Un coureur devrait respecter une distance de trois mètres minimum et les cyclistes de 10 mètres”.