Coronavirus : l'étude qui inquiète les salles de sport

·2 min de lecture
Une salle de sport en Allemagne s'est adaptée aux mesures sanitaires

Selon une étude sud-coréenne, les salles de sport seraient un lieu propice à la contamination au Covid-19.

Amateurs de fitness, vous risquez de devoir prendre votre mal en patience. Alors que certains commerces rouvrent leurs portes petit à petit, avec des conditions sanitaires strictes, les salles de sport pourraient devoir attendre encore de longues semaines avant d’accueillir de nouveau des clients.

Selon une étude sud-coréenne, les salles de sport seraient un lieu favorable à la contamination du Covid-19. L’étude, en anglais, s’est intéressée à 112 contaminations qui ont eu lieu dans des salles de fitness de Cheonan.

Des facteurs aggravants

L’étude rapporte que les cas de Covid-19 ont été relevés chez des participants à des cours de fitness intenses durant environ 50 minutes, dans des salles petites, environ 60 mètres carrés, organisés par groupes de 5 à 22 personnes.

En revanche, notent les auteurs de l’étude, aucun cas n’a été enregistré dans les cours de moins de 5 personnes, ou lors d’activités sportives moins intenses, comme les pilates ou le yoga. Les auteurs de l’étude émettent l’hypothèse que plus l’intensité d’une activité est élevée, plus le risque de transmission est important. Un facteur aggravé par des groupes de participants importants dans des pièces de petite taille.

Les auteurs de l’étude précisent que les cas positifs étudiés se sont rencontrés uniquement pendant les cours, deux fois par semaine, et n'ont eu aucun contact en dehors des cours.

Les salles de sport espèrent être fixées le 2 juin

En France, les gérants de salles de sport espèrent être fixés sur une date d’ouverture le 2 juin prochain, date de la phase 2 du plan de déconfinement, et attendent d’en connaître les modalités exactes. Certains groupes ont déjà adapté leurs salles. Dans une interview à France Info, Cecile Wisselink, co-fondatrice et directrice général de Neoness annonce” limiter le nombre de personnes présentes dans la salle au même moment. Pour chaque salle, il y aura un ratio clients/m2 qui sera calculé pour respecter au mieux les dispositions sanitaires".

La possibilité de réserver son créneau à l’avance est également étudiée, comme l’espace entre les machines et la mise à disposition de gel hydroalcoolique. Une réorganisation qui coûte cher à un secteur qui représente un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros emploie 40 000 salariés et attire six millions d’adhérents.

D’autant qu’il reste une inconnue : les mesures sanitaires seront-elles suffisantes pour rassurer les abonnés des salles de sport ?