5 anecdotes sur Michel Cymes, le médecin le plus célèbre du petit écran

·4 min de lecture
TV celebrity Michel Cymes arrives for the 34th annual dinner of the Representative Council of Jewish Institutions of France (CRIF - Conseil Representatif des Institutions juives de France) on February 20, 2019, at the Louvre Carrousel in Paris. (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)        (Photo credit should read LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)
(Photo by LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

À l'heure où le Coronavirus est le sujet le plus discuté à la télévision, Michel Cymes risque d'avoir du pain sur la planche. Médecin et animateur télé, il a déjà été sollicité par plusieurs émissions afin de donner son avis professionnel sur le virus et sa gestion. Zoom sur le docteur le plus connu du PAF.

Ses débuts n'ont pas été de tout repos

Cela fait maintenant trente ans que Michel Cymes met ses connaissances en médecine au profit des téléspectateurs. Il a fait ses débuts en tant que chroniqueur médical dans l'émission Télématin, sur France 2, au côté de William Leymergie. Mais les deux hommes ne s'entendaient pas vraiment, et cela a bien failli vacciner le médecin des plateaux télé ! Au Parisien, il s’était confié sur une mauvaise expérience : "Je n'avais pas dormi de la nuit, je suis arrivé hyper stressé et l'animateur ne m'a pas beaucoup aidé. Même pas du tout. C'était très formateur mais autant vous dire que nous ne sommes pas restés en contact." Aujourd'hui encore, cette animosité serait toujours présente.

Un médecin pas loin du burn-out

Entre ses consultations médicales et ses différents projets d'émissions, sans oublier ses invitations sur différents plateaux, Michel Cymes travaille énormément. Peut-être un peu trop, même, puisqu'il a récemment révélé avoir frôlé le burn-out. À l'antenne d'Europe 1, le médecin de 62 ans a raconté comment une de ses amies psychologues l'a aidé : "C'est elle qui m'a alerté, moi je ne me rendais pas compte", explique-t-il. "Je n'étais pas bien. J'avais une sorte de crabe qui me bouffait de l'intérieur, ce qui ne m'était jamais arrivé. Quand je suis stressé, j'arrive à me gérer. Je fais du sport ou autre chose." Finalement, le spécialiste de la santé a décidé de prendre plus de temps pour lui : "Je refuse neuf fois sur dix ce qu'on me propose."

Sa drôle d'amitié avec Nagui

D'interviews en plateaux télé, les deux hommes n'ont de cesse de se balancer des vannes, de se critiquer voire de s'insulter. Pourtant, dans la vraie vie, ils sont les meilleurs amis du monde. "J’ai rarement eu dans ma vie professionnelle autant de connivence avec quelqu’un, et de manière régulière. Notre entente après deux saisons sur France Inter et deux numéros de Tout le monde joue se prolonge dans nos sorties entre potes, mais aussi avec nos enfants et nos épouses", avait confié Nagui sur France Inter. Leur crédo ? Qui aime bien, châtie bien.

Un terrible souvenir d'enfance

Féministe, Michel Cymes a été particulièrement sensible au mouvement #MeToo, puisqu'il a lui-même été victime d'attouchements pendant sa jeunesse. Il a raconté ce terrible souvenir sur le plateau de Ça ne sortira pas d'ici, après les confessions similaires de Gérard Darmon. "J'ai été aussi victime dans le métro, quand j'étais gamin, de types qui se mettent devant vous et qui mettent la main sur vos organes génitaux", affirmait-il dans l’émission. Un acte qu'il n'a jamais oublié.

Il n'a pas peur de se mettre les politiques à dos

Invité ce dimanche 15 mars pour la soirée des élections municipales 2020 sur France 2, Michel Cymes n'a pas hésité à critiquer avec virulence Nadine Morano et ses propos sur le Coronavirus. L'eurodéputé avait évoqué un "manque de coordination" de la part du Gouvernement, avant de préciser : "Aujourd'hui, on sait très bien que la situation est grave et sans doute beaucoup plus grave que ce que vous dites", avait-elle asséné au secrétaire d'État Gabriel Attal. Pour le médecin du PAF "tenir des propos comme ça, c'est d'une grande irresponsabilité.” Et d’ajouter : "En tant que médecin, c'est insupportable d'entendre des propos comme ça." Il estime au contraire que les autorités font preuve de transparence, en communiquant régulièrement les derniers chiffres de l'épidémie.

À LIRE AUSSI

> Michel Cymes confie avoir frôlé le burn-out : “J'avais une sorte de crabe qui me bouffait de l'intérieur”

> Michel Cymes : "Je me donne encore deux, trois ans avant d'arrêter"

> La drôle d’histoire d’amitié entre Nagui et Michel Cymes