Coronavirus : qu'est-ce que la comorbidité, qui augmente les risques de complications ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
La présence de pathologies préexistantes chez les patients atteints du Covid-19 augmenterait considérablement le risque de complications et de décès.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Selon plusieurs études, la présence de comorbidité augmente le risque de complications quand on contracte le Covid-19. Qu’est-ce que la comorbidité ?

La comorbidité augmente le risque de complications lorsqu’on a le coronavirus. C’est en tout cas ce qu’affirment des études belges et chinoises. Comme l’explique la Fondation FondaMental, la comorbidité désigne la présence d'un ou plusieurs troubles associés à un trouble ou une maladie primaire. Parmi ces maladies primaires on compte notamment le diabète, l’hypertension ou encore les maladies cardiovasculaires. Et ce sont justement les malades du Covid-19 ayant ces pathologies antérieures qui sont sujets à de graves complications.

Des taux de complications et de décès élevés

L’institut belge de santé Sciensano révèle dans un bilan que près de 75% des patients hospitalisés pour cause de Covid-19 souffraient d'une ou plusieurs comorbidités préexistantes. Sur cet échantillon de 1286 personnes hospitalisées, 35,5% souffraient d'hypertension artérielle, 28,5% de maladies cardiovasculaires, 19,6% de diabète et 16,3% de maladies pulmonaires chroniques. Les 26,5% n'avaient quant à eux aucune comorbidité identifiée. Cependant, rien ne permet d’affirmer que ces pathologies augmentent le risque d’infection.

Des chercheurs du Centre chinois de contrôle des maladies (CCDC) ont analysé les dossiers médicaux 20 800 patients traités pour des cas de coronavirus, comme le révèle Libération. Parmi tous ces cas, 75% n’ont pas de signes de comorbidité et les 25% restants ont soit de l’hypertension, soit du diabète, soit une maladie cardiovasculaire, soit une maladie respiratoire chronique. Bien que les patients qui souffrent de comorbidité ne représentent qu’un quart des infectés, ils représentent 73,6% des patients décédés lors de cette étude du CCDC.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles