Covid-19 : comment se passe la rentrée scolaire à l'étranger ?

·8 min de lecture
Rentrée masquée pour les élèves à Dortmund, en Allemagne.
Rentrée masquée pour les élèves à Dortmund, en Allemagne.

La rentrée scolaire a déjà eu lieu dans certains pays, avec ou sans masque. Le point sur les différentes mesures adoptées.

Rentrée repoussée, élèves masqués dans les couloirs ou même dans les classes, demi groupe... La rentrée scolaire se tient sous haute surveillance dans de nombreux pays, qui ont chacun leurs propres règles.

En France le protocole sanitaire prévoit un retour total des élèves en classe, la fin de la distanciation physique, ou encore un masque obligatoire dès 11 ans à l'intérieur ou à l'extérieur "lorsque la distanciation d'un mètre ne peut être garantie et que les élèves sont placés face-à-face ou côte à côte".

Des établissement fermés en Allemagne

Outre-Rhin, la date de rentrée et le protocole sanitaire dépend des régions. Dans la majorité du pays comme en Mecklembourg-Poméranie, le port du masque n’est obligatoire que dans les couloirs, les salles de classe sont régulièrement aérées et les élèves doivent respecter les gestes barrières comme le lavage régulier des mains et éviter au possible les embrassades.

Les horaires des cours ont été décalés de manière à éviter les croisements importants dans les couloirs. La Rhénanie-du-Nord - Westphalie, Land le plus peuplé d’Allemagne, avec 18 millions d’habitants, a décidé dans un premier temps de mesures plus strictes : le masque est obligatoire, y compris en salles de classe, en raison du risque lié au retour de vacances. La mesure sera réétudiée fin août. Un protocole strict qui n’a pas empêché la fermeture de deux établissements depuis la rentrée.

Dans le canton de Rostock, où le port du masque n’est pas obligatoire en classe, une école primaire a fermé et les élèves et enseignants placés en quarantaine, après le test positif d’un élève. En Mecklenbourg-Poméranie occidentale, un lycée a également dû fermer après le test positif d’une enseignante, qui avait participé à la pré-rentrée mais n’avait pas donné de cours.

En Suisse, masque obligatoire en classe au lycée

Les jeunes Suisses ont également repris le chemin de l’école, depuis le 10 août, dans la plupart des cantons. Pour les moins de 15 ans, le port du masque n’est pas inscrit dans les régles sanitaires. En revanche, les élèves sont soumis aux gestes d’hygiène (désinfections régulières, distanciation sociale...).

Le masque est rendu obligatoire dès le lycée, y compris en classe, lorsque la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée et en l’absence de protection physique (type paroi de plexiglas) dans les cantons de Lucerne, Berne, Neuchâtel, Genève ou encore Vaud. Objectif, “revenir aux classes entières, ce qui rend plus facile la réalisation des objectifs pédagogiques”, explique Jean-Pierre Siggen, président de la CIIP ( conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin), auprès du site 24heures.ch.

Accompagnement psychologique en Italie

En Italie, la rentrée n’est prévue que mi-septembre, mais une partie du protocole sanitaire est déjà établie. La décision d’imposer ou non le port du masque ne sera décidée que fin août, détaille Courrier international. Un accompagnement psychologique a été décidé, ainsi que l’interdiction d’école en cas de fièvre, la séparation entre les sorties et les entrées des établissements, et une limitation à une personne, masquée, pour accompagner un enfant dans l’établissement.

Si un élève ou enseignant est testé positif, il n’y aura pas de fermeture de l’établissement scolaire ni de tests généralisés. Ce sont les autorités sanitaires locales qui décideront de la marche à suivre. Un certificat attestant que l’élève est négatif est indispensable pour la rentrée s’il a été testé positif auparavant. En marge de la crise sanitaire, un recrutement de 84 000 enseignants a été décidé, afin que les classes soient moins surchargées.

Au moins 1 jour de cours à distance en Belgique

En Belgique, qui fait face à une recrudescence des cas, le flou plane sur la rentrée scolaire, prévue début septembre. Le 10 août, Antoine Isieux, porte-parole interfédéral, expliquait qu’il était “un petit peu tôt pour savoir ce qui va se passer en septembre, quel type de rentrée nous aurons en Belgique”.

Les élèves de maternelle et de primaire sont attendus en classe, sans restrictions. “Mettez vos enfants à l’école”, écrivent plusieurs pédiatres dans une lettre ouverte, publiée par la RTBF. Néanmoins, quatre type de scénarios ont été établis en juin, en vue de la rentrée, pour les élèves du secondaire (de la 5e à la Terminale). Le scénario vert, où le virus ne circule plus est écarté. Les autorités privilégient pour l’instant le scénario jaune, dans lequel l’enseignement se déroulerait un jour par semaine à la maison, le mercredi.

Mais le pays, qui fait face à une hausse de cas depuis plusieurs semaines, pourrait basculer en scénario orange, qui prévoit des classes de secondaire scindées en deux et des cours donnés en alternance à domicile et à l’école, semaine après semaine. Enfin, le pire scénario prévoit des cours en alternance, mais avec des gestes barrières renforcés. Concernant le port du masque, s’il est exclu pour les moins de 12 ans, aucune décision n’a encore été prise pour les plus âgés.

Ni masque ni distanciation en Ecosse

Au Royaume-Uni, de sérieux doutes planent sur la rentrée scolaire. L’Ecosse, où la rentrée scolaire a déjà eu lieu, les élèves ne sont pas contraints de porter des masques ou de respecter les distanciations physiques entre eux, ce qui suscite l’inquiétude des enseignants. Selon un sondage réalisé par le syndicat d’enseignants écossais EIS, seuls 18% des 24 000 professeurs interrogés étaient convaincus qu’il n’était pas dangereux de retourner à l’école.

En Angleterre, la rentrée est prévue le 1er septembre. Mais inquiète déjà. Boris Johnson a promis que les établissements scolaires seraient “les derniers” à fermer en cas de reconfinement local, après avoir indiqué dans une tribune faire de la rentrée en septembre une “priorité nationale”. Le syndicat de chefs d’établissements propose d’alterner la présence des élèves une semaine sur deux, afin de limiter les contacts. Un autre syndicat de l’éducation (NEU) a lui fourni à ses membres une liste de 200 mesures sanitaires pour se protéger efficacement du Covid-19. Aucune décision n’a encore été prise sur le protocole sanitaire précis. Des scientifiques de l'University College London ont averti que le système de recherche des contacts en Grande-Bretagne n'était pas prêt pour une rentrée scolaire à l'échelle nationale.

Masque recommandé au Canada

À Québec, la rentrée approche, et la décision a été prise de rendre le port du masque obligatoire aux élèves à partir de la 5e année du primaire, l’équivalent du CM2. Le masque ne sera toutefois pas obligatoire en classe. Une décision prise sur recommandation de l’Agence de la santé publique du Canada, qui préconise le port du masque dès 10 ans à l’école.

En cas de symptômes du Covid, l’élève sera isolé dans une pièce, avec un membre du personnel, en attendant qu’un parent vienne le chercher. La pièce sera nettoyée, désinfectée et ventilée après le départ de l’élève. Le personnel de l’école et les parents d’un élève infecté devront noter les contacts étroits que celui-ci a eus avec d’autres personnes, pour remonter les chaînes de transmission. La possibilité de ne fermer qu’une classe et pas l’établissement est laissée aux responsables sanitaires.

Rentrée en ordre dispersé aux Etats-Unis

Malgré les ravages du Covid-19 actuellement aux Etats-Unis, la rentrée scolaire se prépare dans le pays. Les plus grandes métropole du pays, comme Los Angeles et Miami ont misé sur une rentrée virtuelle.

L’État de New York a conditionné la réouverture des établissements à un taux de positivité inférieur à 5%. La ville de New York mise elle sur un modèle hybride avec un à trois jours en classe, sans avoir encore rendu sa décision.

En revanche, dans certains Etats républicains, la rentrée s’est effectuée ces derniers jours en présentiel, comme dans le Mississippi, la Géorgie, le Tennessee ou l’Indiana. Dans ces Etats, où le virus circule encore activement, des établissements ont dû fermer leurs portes après la détection de nombreux cas.

La rentrée repoussée dans plusieurs pays

En Turquie, les établissements scolaires et universités commenceront à ouvrir près d'un mois après le début de l'année scolaire, a annoncé mercredi le gouvernement, en raison d’une flambée du nombre de contaminations quotidiennes. “Les écoles rouvriront avec l'enseignement à distance le 31 août”, a déclaré à la presse à Ankara le ministre de l'Education Ziya Selcuk. Selon lui, on peut espérer un retour progressif dans les classes à partir du 21 septembre. Les établissements scolaires sont fermés depuis le mois de mars.

Aux Philippines, la rentrée scolaire, qui devait initialement avoir lieu en juin, a de nouveau été repoussée au 5 octobre. Une rentrée qui devrait avoir lieu à distance, la reprise d'un enseignement en présentiel au cours de l'année 2020 est largement exclue par les autorités. Le président Duterte a en effet déclaré que les élèves devront demeurer chez eux jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible.