Coronavirus: Des chercheurs visés par des pirates russes et nord-coréens, annonce Microsoft

·1 min de lecture
CORONAVIRUS: DES CHERCHEURS VISÉS PAR DES PIRATES RUSSES ET NORD-CORÉENS, ANNONCE MICROSOFT
CORONAVIRUS: DES CHERCHEURS VISÉS PAR DES PIRATES RUSSES ET NORD-CORÉENS, ANNONCE MICROSOFT

WASHINGTON (Reuters) - Des pirates informatiques travaillant pour les gouvernements russe et nord-coréen ont ciblé plus d'une demi-dizaine d'organisations dans le monde impliquées dans la recherche sur les traitements et les vaccins contre le nouveau coronavirus, a annoncé vendredi Microsoft.

L'éditeur américain de logiciels précise qu'un groupe russe de hackers surnommé "Fancy Bear" et des groupes nord-coréens baptisés "Zinc" et "Cerium" sont impliqués dans les récentes tentatives d'intrusion contre les réseaux de sept laboratoires pharmaceutiques et instituts de recherche au Canada, en France, en Inde, en Corée du Sud et aux Etats-Unis.

Selon Microsoft, la plupart des cibles visées sont des organisations qui testaient des vaccins contre le COVID-19. Les tentatives d'intrusion dans la plupart des cas ont échoué mais certaines ont réussi, ajoute Microsoft, sans plus de précisions.

La firme de Redmond a en outre fourni peu de détails sur ces attaques et a refusé de donner le nom des organisations visées.

Sollicitée, l'ambassade de Russie à Washington, qui a déjà rejeté par le passé les accusations d'attaques de pirates informatiques soutenus par Moscou, a dit qu'il n'y avait rien à rajouter à ses précédents démentis.

Le représentant de la Corée du Nord auprès des Nations Unies n'a pas réagi dans l'immédiat aux demandes de commentaires. Pyongyang a lui aussi démenti dans le passé avoir mené des actes de piratage à l'étranger.

(Raphael Satter, avec Christopher Bing à Washington, Jack Stubbs à Londres et Michelle Nichols à New York; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)