Publicité

La Corne de l'Afrique de plus en plus menacée par la famine faute de pluies

La Corne de l'Afrique de plus en plus menacée par la famine faute de pluies
Un enfant examiné par un médecin à Lodwar (Kenya), le 27 septembre 2022 (Photo d'illustration). - Tony Karumba
Un enfant examiné par un médecin à Lodwar (Kenya), le 27 septembre 2022 (Photo d'illustration). - Tony Karumba

La sécheresse aigüe dans la Corne de l'Afrique devrait s'aggraver cette année et menace la région d'une famine plus grave que celle qui tué des centaines de milliers de personnes il y a dix ans, a prévenu mercredi un programme de surveillance climatique régional.

Des prévisions de la saison des pluies prévue de mars à mai prochain "montrent des baisses de précipitations et de hautes températures", déclare dans un communiqué le Centre de prévisions et d'applications climatiques (ICPAC) de l'Igad, un groupement de pays de l'est africain.

Vers une sixième saison des pluies avortée

Or cette saison des pluies contribue largement (jusqu'à 60%) au total de précipitations annuelles dans les pays équatoriaux de la Corne de l'Afrique (qui regroupe Djibouti, Ethiopie, Érythrée, Somalie et des parties du Kenya, du Soudan, du Soudan du Sud et de l'Ouganda, et est parfois élargie au Burundi, au Rwanda et à la Tanzanie, ndlr).

Ces prévisions confirment les craintes des météorologues et des agences d'aide de voir cette sécheresse d'une durée et d'une gravité sans précédent provoquer rapidement une catastrophe humanitaire.

"Dans certaines partie d'Ethiopie, du Kenya, de Somalie et d'Ouganda qui ont été récemment très affectées par la sécheresse, ce pourrait être une sixième saison des pluies avortée de suite", souligne l'ICPAC, considérée comme l'organisme climatique régionale de référence par l'Organisation météorologique mondiale de l'ONU.

La Corne de l'Afrique est l'une des région les plus vulnérable au changement climatique, avec des crises de plus en plus fréquentes et intenses.

23 millions de personnes en "insécurité alimentaire aigüe"

Les cinq saisons des pluies avortées consécutives ont jusqu'ici provoqué la mort de millions de têtes de bétail, la destruction de récoltes, et poussé des millions de personnes à quitter leurs régions pour trouver de l'eau et de la nourriture ailleurs.

Selon l'ICPAC, les conditions actuelles sont pires qu'elles ne l'étaient avant la sécheresse de 2011, avec déjà 23 millions de personnes déjà en "insécurité alimentaire aigüe" au Kenya, en Ethiopie et en Somalie, d'après l'Igad et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

La dernière famine a été déclarée en Somalie en 2011, et quelque 260.000 personnes, dont la moitié d'enfants âgés de moins de six ans, étaient morts de faim faute de réponse suffisamment rapide de la part de la communauté internationale, selon l'ONU.

A l'époque, la région avait connu deux saisons des pluies avortées consécutives, contre cinq aujourd'hui.

Appel à une mobilisation internationale

Mercredi, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a souligné qu'environ 1,3 million de Somaliens, dont 80% de femmes et d'enfants, ont dû changer de région pour fuir la sécheresse.

Si le stade de la famine n'a pas encore été atteint, 8,3 millions de personne, soit plus de la moitié de la population somalienne, auront besoin d'aide humanitaire cette année, a-t-il ajouté.

Workneh Gebeyehu, secrétaire exécutif de l'IGAD, a appelé à une mobilisation internationale urgente face à cette sécheresse en voie d'aggravation.

"Les gouvernements nationaux, les acteurs humanitaires et du développement doivent agir pour ne pas avoir de regrets avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il souligné.

Article original publié sur BFMTV.com