Publicité

En Corée du Nord, le parti de Kim Jong-un n’obtient pas 100 % des voix et c’est une première

Kim Jong-un vote aux élections locales du 26 novembre 2023 en Corée du Nord.
STR / AFP Kim Jong-un vote aux élections locales du 26 novembre 2023 en Corée du Nord.

INTERNATIONAL - Que se passe-t-il en Corée du Nord ? Deux jours après la tenue d’élections locales, Pyongyang a annoncé ce mardi 28 novembre que le parti du dirigeant et dictateur Kim Jong-un n’avait pas obtenu 100 % des voix. C’est une première depuis les années 1960, selon le ministère de l’Unification sud-coréen.

« Un total de 27 858 ouvriers, agriculteurs, intellectuels et officiels ont été élus nouveaux députés aux assemblées des provinces, municipalités, districts et comtés durant les élections locales tenues dimanche », a déclaré l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), rapporte l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Ces représentants du peuple ont été choisis à l’issue d’un vote tout sauf démocratique : puisqu’il n’y a pas de concurrence, les électeurs doivent seulement se prononcer « pour » ou « contre » la personne qui se présente, choisie par le parti du travail dont le secrétaire général n’est autre que Kim Jong-un.

99,91 % ont voté en faveur des candidats aux assemblées populaires provinciales, et 0,09 contre. Le résultat est encore moins bon pour les candidats aux assemblées des villes et des comtés, puisque 99,87 % ont voté pour les candidats et 0,13 % contre. C’est la première fois que la Corée du Nord partage le pourcentage de suffrages négatifs.

Loin des élections libres

Dans ce pays où le vote est obligatoire, le taux de participation s’est élevé à 99,63 %. Un résultat en baisse par rapport à 2019, où il s’élevait à 99,98 %. « Les électeurs résidant à l’étranger ou travaillant en haute mer n’ont pas pu participer au vote », a précisé KCNA, sans dire ce que risquent les abstentionnistes.

Cette soudaine transparence (limitée) ne saurait être analysée comme étant le début de la démocratie en Corée du Nord. « Il faut voir cela comme une volonté de montrer que les habitants peuvent correctement exprimer leurs opinions aux élections, mais on reste très loin de garantir le droit de vote », a réagi un ministre sud-coréen sous couvert d’anonymat au Korea Times.

En plus, a pointé le ministère de l’Unification à Séoul, le principe d’élections libres et à bulletin secret n’est pas respecté. Dans les bureaux de vote, deux urnes étaient installées à la vue de tous : l’une pour glisser un bulletin d’approbation, l’autre pour s’opposer au candidat. Ces deux urnes verte et rouge sont visibles sur la photo en tête d’article.

Au lendemain du scrutin, des images de propagande du régime avaient circulé sur les réseaux sociaux, comme vous pouvez le voir ci-dessus grâce au média sur la Corée du Nord NK News. Sur cette vidéo, Kim Jong-un arrive à son bureau de vote et est acclamé par une foule de Nord-Coréens, qui ont l’air très heureux de le voir. La dictature a encore de beaux jours devant elle.

À voir également sur Le HuffPost :

Une secte de yoga démantelée en Île-de-France et dans les Alpes-Maritimes, 40 personnes, dont le gourou, interpellées

À cause des marbres du Parthénon, Rishi Sunak annule sa rencontre à Londres avec Kyriakos Mitsotakis