La Corée du Nord nomme pour la première fois une femme, Choe Son Hui, à la tête de sa diplomatie

Choe Son Hui, ancienne vice-ministre des Affaires étrangères, a été désignée pour diriger la diplomatie nord-coréenne lors d'une réunion du parti au pouvoir présidée par le dirigeant Kim Jong Un, selon l'agence de presse officielle KCNA.

La Corée du Nord a nommé pour la première fois une femme, Choe Son Hui, au poste de ministre des Affaires étrangères, a rapporté la presse officielle ce samedi, au moment où Pyongyang poursuit une série d'essais d'armement et ignore les appels des Etats-Unis à des pourparlers.

Choe Son Hui, ancienne vice-ministre des Affaires étrangères, a été désignée pour diriger la diplomatie nord-coréenne lors d'une réunion du parti au pouvoir présidée par le dirigeant Kim Jong Un, selon l'agence de presse officielle KCNA

Elle remplace Ri Son Gwon, un ancien responsable militaire partisan d'une ligne dure qui a dirigé des négociations avec la Corée du Sud. Diplomate de carrière parlant couramment anglais, elle était une proche conseillère de Kim Jong Un pendant les pourparlers sur le nucléaire avec les Etats-Unis et elle a accompagné le dirigeant nord-coréen lors des sommets avec le président américain d'alors Donald Trump.

Elle avait tenu une rare séance de questions réponses avec des journalistes pendant la nuit qui a vu le sommet de Hanoï entre les deux dirigeants échouer en février 2019. Elle a alors rejeté la faute sur Washington.

"Je pense que les Etats-Unis ont raté une chance en or en rejetant nos propositions", a-t-elle dit.

Série d'essais d'armement

Depuis, la diplomatie entre Pyongyang et Washington est dans l'impasse. Le régime nord-coréen n'a pas répondu ces derniers mois aux offres de Washington de retour à la table des négociations.

La Corée du Nord, qui s'est dotée de l'arme nucléaire, mène depuis le début de l'année une série d'essais d'armement, avec le tir notamment d'un missile balistique intercontinental pour la première fois depuis 2017.

Les responsables américains et sud-coréens ont aussi averti que le régime de Kim Jong Un pourrait procéder à un essai nucléaire.

Mardi, Wendy Sherman, secrétaire d'Etat adjointe américaine, a prévenu qu'il y aurait une réponse "rapide et énergique" si Pyongyang procédait à ce qui serait son septième essai de ce type.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser : Berlin, Londres et Paris exhortent l'Iran à "mettre fin à l'escalade nucléaire"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles