Publicité

Corée du Nord: Kim Jong-un promet de "mettre fin" à la Corée du Sud en cas d'attaque

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a promis que Pyongyang n'hésiterait pas à "mettre fin" à la Corée du Sud en cas d'attaque, a rapporté vendredi l'agence étatique, au moment où les relations entre les deux pays sont au plus bas.

Dotée de l'arme nucléaire, la Corée du Nord a déjà estimé cette année que la Corée du Sud était son "ennemi principal". Le pays a par ailleurs fermé les agences dédiées à la réunification et menacé d'entrer en guerre pour toute violation territoriale.

"Si l'ennemi osait recourir à la force contre notre pays, nous prendrons une décision audacieuse qui changera l'histoire et n'hésiterons pas à mobiliser tous les super pouvoirs militaires pour y mettre un terme", a déclaré le dirigeant selon l'agence de presse nord-coréenne KCNA.

"La paix n'est pas quelque chose que l'on mendie ou qu'on échange par des négociations", a-t-il ajouté. Kim Jong-un a tenu ces propos lors d'un événement du ministère de la Défense marquant l'anniversaire de la fondation de l'armée du pays, a indiqué l'agence.

Le dirigeant avait déjà déclaré le mois dernier qu'en cas de provocation son armée devrait "anéantir" l'ennemi, la Corée du Sud et son allié les États-Unis.

La coopération économique abolie entre les deux Corées

Des images publiées par KCNA montrent Kim tenant la main de sa fille, Ju Ae, qui, selon certains analystes, est formée pour lui succéder. On les voit acclamés par des soldats en uniforme, et posant pour des photos avec des commandants de l'armée.

"La décision de définir les fantoches sud-coréens comme la principale nation hostile et l'ennemi immuable" et "d'occuper et de détruire leur territoire en cas de situation d'urgence est dans l'intérêt de la sécurité éternelle de notre pays", a encore souligné Kim Jong-un, selon KCNA.

Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol a averti la semaine dernière que le gouvernement nord-coréen "irrationnel" était susceptible de se livrer à de multiples provocations, notamment des cyberattaques et des intrusions de drones, avant les élections sud-coréennes d'avril.

En janvier, le ministre sud-coréen de la Défense a déclaré que la Corée du Nord risquerait de provoquer la fin du régime si elle entrait en guerre.

Le parlement nord-coréen a voté mercredi l'abolition des lois sur la coopération économique avec le Sud, selon KCNA. Kim Jong-un a également intensifié ses tests d'armement, notamment en lançant cette année une série de missiles de croisière.

Article original publié sur BFMTV.com