Publicité

COP28: le président souligne que "nous faisons des progrès, mais pas assez vite"

Le président de la COP28, Sultan Al Jaber, a rapporté ce samedi 9 décembre au soir des "mouvements positifs" dans les négociations en cours à Dubaï, mais a averti les pays que "la fenêtre se referme".

"Nous faisons des progrès, mais pas assez vite, et de façon pas assez satisfaisante", a-t-il déclaré lors d'une séance plénière devant l'ensemble des délégués des pays, répétant qu'il entendait tenir son calendrier de clôture de la COP28 mardi.

"Il est temps de mettre de côté ses propres intérêts au nom de l'intérêt général", a lancé Sultan Al Jaber, la mine plus sévère que la veille. "Vous devez travailler. Il est temps de décider. S'il vous plaît, pas d'hésitation".

Opposition de l'Opep sur les énergies fossiles

Plus tôt dans la journée, la Chine avait affirmé que les négociations sur la sortie du pétrole, du gaz et du charbon avancent, alors que l'Opep tente de freiner la dynamique contre les énergies fossiles.

Le secrétaire général koweïtien de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, Haitham al-Ghais, a défendu à la tribune son opposition à tout ciblage spécifique des énergies fossiles dans un accord final. "Il n'y a pas de solution ou de voie unique pour atteindre un avenir énergétique durable", a-t-il dit.

Il a écrit cette semaine "en urgence" à ses 23 pays membres ou associés pour les enjoindre de "rejeter proactivement" tout accord ciblant les énergies fossiles.

Article original publié sur BFMTV.com