Publicité

COP28 : Pannier-Runacher « en colère » après l’appel de l’Opep à rejeter l’accord

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.  - Credit:Luc Nobout / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. - Credit:Luc Nobout / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Alors que la COP28 travaille à un accord ciblant les énergies fossiles, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a d'ores et déjà demandé à ses États membres de rejeter celui-ci. Une prise de position qui a fait vivement réagir la ministre française de la Transition énergétique. « Je suis stupéfaite de ces déclarations de l'Opep. Et je suis en colère », a déclaré Agnès Pannier-Runacher depuis Dubai, rappelant que « les énergies fossiles sont responsables de plus de 75 % des émissions de CO2 » et « qu'il faut en sortir si on veut limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré ».

« La position de l'Opep met en péril les pays les plus vulnérables et les populations les plus pauvres qui sont les premières victimes de cette situation », a ajouté Agnès Pannier-Runacher. « Je compte sur la présidence de la COP pour ne pas se laisser impressionner par ces déclarations et pour porter un accord qui affirme un objectif clair de sortie des énergies fossiles », a-t-elle achevé.

Un courrier de l'Opep envoyé à 23 pays

Dans un courrier daté de mercredi, consulté vendredi par l'AFP et authentifié par un pays membre destinataire, le secrétaire général de l'Opep, Haitham al-Ghais, « presse » ses membres et leurs délégations à la COP28 de « rejeter proactivement tout texte ou toute formulation qui cible l'énergie, c'est-à-dire les combustibles fossiles, plutôt que les émissions » de gaz à effet de serre.

À LIRE AUSSI Climat : les océans absorberaient 20 % de CO2 de [...] Lire la suite