Publicité

COP28 : alerte sur les puits de carbone

Si l'objectif de maintenir le réchauffement sous les 1,5°C n'est plus tenable pour cette décennie, la neutralité carbone en 2050 demeure réaliste pour finir le siècle en dessous de ce seuil. Les États disposent de tous les outils pour contrôler leurs engagements. Sauf un : la compensation carbone par des puits naturels. Or notre enquête montre qu'en ce domaine, les engagements sont très loin d'être tenus.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°922, daté décembre 2023.

L'heure de vérité. La COP28, c'est-à-dire la 28e session de négociations sur la lutte contre le changement climatique qui s'est ouverte le 30 novembre à Dubaï (Émirats arabes unis), est le cadre du "global stock-take". Ce bilan mondial des engagements pris par les 195 États signataires de la Convention onusienne sur le climat constitue un premier vrai point de départ. Au 4 octobre, 180 États avaient remis leur inventaire des émissions de CO2 provenant de leur activité économique et listé secteur par secteur - habitat, industrie, transports, agriculture, énergie - leur trajectoire nationale de réduction des gaz à effet de serre (GES) à l'horizon 2030.

"Pour que l'objectif de maintenir la température mondiale à 1,5 °C reste réaliste, nous avons besoin d'une réduction immédiate et forte des émissions dans tous les secteurs et dans toutes les régions ", a commenté Simon Stiell, le secrétaire exécutif de la convention sur le climat. Hélas, la communauté internationale est loin du compte. Au moins pour cette décennie. Selon le sixième rapport du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), il faudrait que les émissions de GES baissent de 43 % d'ici à 2030 pour rester à 1,5 °C. Le bilan mondial révèle qu'elles continueront au contraire d'augmenter de 6 % avant de diminuer au début de la prochaine décennie. Un échec.

Sauf que les principaux pays émetteurs se sont aussi essayés à l'exercice de la prospective de long terme en définissant leur trajectoire jusqu'en 2050. Une nouvelle notion a ainsi émergé, celle du "zéro émission nette". 68 États ont dessiné une trajectoire pour atteindre un bilan carbone neutre au milieu du siècle. Selon le consortium américain Inevitable policy response*, si l'on regarde cette perspective à trente ans, les décisions prises et les objectifs adoptés vont permettre à l'humanité de respecter l'accord de Paris et donc de mainte[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi