COP26: Boris Johnson "très inquiet", mais "on peut y arriver"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est montré lundi "très inquiet" et prudent quant au succès de la COP26 sur le climat qui s'ouvre dimanche à Glasgow, en Ecosse, tout en estimant qu'on "peut y arriver".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est montré lundi "très inquiet" et prudent quant au succès de la COP26 sur le climat qui s'ouvre dimanche à Glasgow, en Ecosse, tout en estimant qu'on "peut y arriver". "Je suis très inquiet, parce que ça peut mal se passer", a déclaré le chef du gouvernement conservateur lors d'une séance de questions-réponses avec des enfants à Downing Street. "Il est possible que nous n'ayons pas les accords dont nous avons besoin", a-t-il ajouté, "c'est très très difficile, mais je pense qu'on peut y arriver".

Après l'ouverture de la COP26 le 31 octobre à Glasgow (Écosse), le gouvernement britannique disposera de deux semaines de rencontres afin de persuader quelque 200 pays de faire davantage pour réduire leurs émissions dans l'espoir de parvenir à contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, seuil ambitieux fixé en 2015 par les accords de Paris. Le président de la COP26, le Britannique Alok Sharma, a estimé samedi qu'il serait "plus difficile" d'obtenir un accord à Glasgow qu'à Paris.

Cette COP représente "peut-être le sommet le plus important dans ce pays de toute notre vie", a souligné Boris Johnson. Un accord nécessitera que les dirigeants "fassent des sacrifices", a-t-il expliqué, "chacun va devoir accepter de faire quelque chose de difficile, que ce soit arrêter d'utiliser des centrales à charbon, ou donner de l'argent pour aider les pays en développement, ou commencer à utiliser des véhicules électriques". Plus de 120 dirigeants mondiaux sont attendus au plus grand sommet sur le climat depuis les négociations de Paris en 2015, les 1er et 2 novembre, auquel les présidents chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine n'ont pas...


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles