Publicité

Contre la sécheresse, les 10 mesures du nouveau guide du gouvernement

Le gouvernement a dévoilé ce mercredi 17 mai son « guide sécheresse 2023 ».  (Photo : prise le 27 avril 2023 montre le lit asséché de la rivière Agly à Rivesaltes, dans le sud-ouest de la France)
Le gouvernement a dévoilé ce mercredi 17 mai son « guide sécheresse 2023 ». (Photo : prise le 27 avril 2023 montre le lit asséché de la rivière Agly à Rivesaltes, dans le sud-ouest de la France)

ENVIRONNEMENT - Le « Guide sécheresse 2023 » devient plus sévère après la canicule dramatique de l’été 2022. Alors que les pluies de mars et avril n’ont pas été suffisantes pour recharger les nappes phréatiques dans l’Hexagone, le ministère de la Transition écologique a dévoilé ce mercredi 17 mai les principales mesures de restrictions d’eau pour cet été.

Lavage des voitures, piscines, arrosage des golfs et des terrains de sport... Le HuffPost fait le point sur les dix nouvelles règles du gouvernement adressées ce mercredi aux préfets, en fonction des trois différents degrés d’alerte (alerte, alerte renforcée, crise). Voici la carte des arrêtés de restrictions d’eau au 16 mai.

Carte des arrêtés de restriction d’eau
par département au 16 mai 2023
Carte des arrêtés de restriction d’eau par département au 16 mai 2023
  • Remplissage des piscines privées

Si votre département est en niveaux alerte ou alerte renforcée, seuls les remises à niveau et les « premiers remplissages » sont autorisés. Deux actions qui sont interdites si votre département est en « crise ».

L e ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu a déjà annoncé le 5 mai, l’interdiction de la vente des piscines hors sol dans le département des Pyrénées-Orientales, en situation de crise sécheresse.

  • Piscines publiques

Le remplissage et la vidange sont prohibés à partir du niveau alerte renforcée.

  • Lavage des voitures

Dès le niveau d’alerte, vous n’avez plus le droit de laver votre véhicule chez vous. En station de lavage, en revanche, vous pouvez la nettoyer sur les « pistes économes » et « équipées de systèmes de recyclage ». En cas de « crise », même chez un professionnel, nettoyer sa voiture est interdit.

  • Arrosage des terrains de sport et hippodromes

Les terrains et les hippodromes nécessaires aux principales compétitions ne pourront plus être arrosés en journée dans les territoires en état de « crise sécheresse ».

Les terrains d’entraînements et de compétitions « à enjeu national ou international » bénéficiaient auparavant d’une dérogation complète. Cette dérogation devra désormais « prévoir un arrosage réduit de manière significative et interdit entre 9 h et 20 h ».

  • Arrosage des golfs

Au niveau de crise, les golfs continuent de bénéficier d’une dérogation pour les seuls greens. Mais pour un arrosage désormais « réduit à 350 m3/semaine maximum par tranche de 9 trous » tout en assurant une « réduction d’au moins 80 % des volumes habituels », contre au moins 70 % auparavant.

  • Arrosage des pelouses et espaces verts

Il sera interdit au niveau alerte entre 11 h et 18 h, et complètement interdit en cas d’alerte renforcée ou de crise, sauf pour les arbustes plantés récemment.

  • Arrosage des potagers

Interdit entre 11 h et 18 h en alerte. Pour les niveaux d’alertes supérieures, l’interdiction est de mise entre 9 h et 20 h.

  • Irrigation des cultures

En cas d’alerte, les agriculteurs peuvent arroser leurs parcelles entre 11h et 18h. En alerte renforcée, entre 9h et 20h. Enfin, en « crise », irriguer les cultures est interdit. Les exploitants disposant de systèmes de goutte-à-goutte, plébiscités par le gouvernement dans son plan Eau, pourront irriguer, sans contraire horaire.

  • Remplissage des plans d’eau

Il est interdit dès le niveau alerte. Une exception peut être accordée par le service de police de l’eau pour un usage commercial.

  • Nettoyage des façades, toitures, trottoirs

Prohibé à tous les niveaux d’alerte, « sauf si réalisé par une collectivité ou une entreprise de nettoyage professionnelle », précise le guide.

Un « socle de restrictions » qui peut être durci

Ce « guide sécheresse » est l’actualisation de la première version publiée en 2021 pour mettre fin à une situation « où c’était un peu chaque territoire qui s’organisait comme il le souhaitait », a déclaré Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique.

« Il s’agit d’un socle de restrictions, qui peut systématiquement être durci par les préfets en fonction de la réalité locale », a précisé le ministre lors d’une conférence de presse, citant en exemple les Pyrénées-Orientales, où la vente des piscines hors-sol a été interdite.

Après un été 2022 caniculaire et un déficit de pluies hivernales, vingt-six départements font face à un risque « très probable » de sécheresse d’ici la fin de l’été, selon le gouvernement. Le risque est « probable » pour la majorité du reste du territoire, à l’exception du Grand Ouest, et du Grand Est.

D’ores et déjà, cinq départements ont pris des arrêtés de « crise ». Ils concernent la quasi-totalité des Pyrénées-Orientales et quelques bassins du Var, du Gard, des Bouches-du-Rhône et du Loiret.

À voir également sur Le HuffPost :

Face à la sécheresse, Las Vegas se promeut comme modèle de préservation de l’eau

En Gironde, la terre brûle toujours sous des feux invisibles