Contrôle technique pour les deux roues : manifestations de motards à travers la France

Des motards bloquent le périphérique lors d’une manifestation à Toulouse, ce samedi  26 novembre 2022. Leur but : contester la décision du Conseil d’Etat d’imposer un contrôle technique aux deux-roues motorisés.
VALENTINE CHAPUIS / AFP Des motards bloquent le périphérique lors d’une manifestation à Toulouse, ce samedi 26 novembre 2022. Leur but : contester la décision du Conseil d’Etat d’imposer un contrôle technique aux deux-roues motorisés.

MANIFESTATIONS - Les deux roues expriment leur colère. Ce samedi 26 novembre, plusieurs centaines de motards ont défilé dans de nombreuses villes françaises comme Toulouse, Lille, Bordeaux ou Rennes, pour protester contre l’instauration du contrôle technique pour les deux-roues.

Pour cette journée de mobilisation contre cette mesure controversée, ils étaient près de 1 400 à Lyon, 900 à Toulouse ou encore 850 à Bordeaux selon les chiffres des préfectures respectives. Avant d’autres manifestations prévues ce week-end, dont une à Paris et Marseille dimanche.

À Toulouse, le cortège de véhicules s’est réuni à l’appel de plusieurs fédérations de motards de la région, avant d’emprunter l’A64, baptisée la « Pyrénéenne », pour ensuite se diriger vers le périphérique à faible allure en faisant vrombir leurs moteurs. Dans la Ville Rose, la mobilisation concernait aussi la mise en place d’une ZFE, qui entraînera l’interdiction des voitures et deux-roues certifiés Crit’air 4, 5 et non classés (les véhicules les plus vieux) à partir du 1er janvier 2023.

À Bordeaux, 850 motos ont défilé en ville selon la préfecture, 2 000 selon la Fédération française des motards en colère (FFMC). À leur arrivée dans le centre, les manifestants se sont dirigés dans une atmosphère détendue et à pied vers le Tribunal administratif devant lequel ils ont exposé un cercueil et des affiches portant les slogans « contrôle technique le mensonge de trop » ou « Je contrôle, tu contrôles, ils s’enrichissent ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« C’est dans ces moments que l’on peut montrer notre force », a réagi pour l’AFP Marianne Grand, coordinatrice de la FFMC33 qui compte bien « continuer la bataille ».

Contrôle « inefficace »

L’appel a la mobilisation été suivi dans plusieurs autres grandes villes de France comme à Lyon où 1 400 participants sont partis de la Place Bellecour pour se rendre vers la préfecture, tandis que 400 personnes ont manifesté à Perpignan.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans le Nord, Ils étaient 650 à Lille, selon une source policière, réunis vers 15 h 00 place de la République près de la préfecture. Auprès de l’AFP, Philippe Maussion, coordinateur de la FFMC59, a appelé l’Etat à ne pas « céder aux associations pseudo-écologistes parisiennes dont le seul but est de chasser tout ce qui est motorisé de Paris ».

À Rennes, 350 à 400 motards se sont rassemblés devant la préfecture d’Ille-et-Vilaine en début d’après-midi, venus également des départements voisins du Morbihan et des Côtes d’Armor. « On est là pour encourager le gouvernement à poursuivre ses efforts sur des solutions alternatives au contrôle technique obligatoire pour les deux roues », a déclaré à l’AFP Philippe Jéhanno, coordinateur de la manifestation pour la FFMC 35.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Le contrôle technique sera inefficace en termes de sécurité. En dix ans, le parc de deux roues a augmenté de 30 % tandis que la mortalité baissait de 19 %. Nous sommes les bons élèves de la sécurité routière », affirme-t-il.

Dans un arrêt du 31 octobre, le Conseil d’État a réinstauré le contrôle technique pour les deux-roues, une obligation européenne dont l’application était prévue début 2023 avant son annulation par le gouvernement. Une semaine plus tôt, plus de 1 500 motards, venus de plusieurs départements du sud de la France, avaient déjà défilé à Montpellier pour protester contre cette mesure.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi