Comment un conservateur du château de Versailles a retrouvé deux chefs-d'œuvre datant du 18e siècle

·1 min de lecture
© Château de Versailles / C. Fouin

Être conservateur demande parfois des talents de détective. Lionel Arsac, spécialiste de la sculpture au château de Versailles, se lance en 2018 à la recherche d'un groupe représentant Zéphyr, Flore et l'Amour, commandé par Louis XIV deux ans avant sa mort en 1715. "C'est une œuvre délicate aux formes graciles, au drapé fin, qui raconte un coup de foudre, décrit-il. On avait uniquement une photo dans un ouvrage de référence datant de 1975. On voyait qu'elle était en bon état, mais on ne savait pas où elle se trouvait."

Le conservateur du patrimoine épluche les catalogues, et tombe sur une importante vente de sculptures, celles du château de Ménars, près de Blois, en 1881. Il y découvre alors qu'Alphonse de ­Rothschild a acquis Zéphyr. Lionel Arsac liste les propriétés (plus d'une dizaine) de cette branche familiale. Il commence par visiter des sites accessibles en région parisienne mais ne trouve rien. Il s'interroge sur l'ambassade d'Angola, qui a racheté en 1979 l'hôtel Ephrussi-Rothschild, avenue Foch (16e).

Lire aussi - Fondation Cherqui, atelier Claude de Soria : ces lieux où l'art est une histoire de famille

"Via Google Earth, j'avais repéré des points blancs dans le jardin." Il demande au printemps 2018 l'autorisation pour pénétrer dans l'ambassade. Et là, il tombe sur Zéphyr et Flore enamourés. Non loin du groupe en marbre, il reconnaît une autre sculpture disparue depuis des décennies, l'Abondance, commandée par Louis XV! "J'avais le cœur qui battait à 300 à l'heure...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles