Congrès LR: pourquoi Éric Ciotti pourrait créer la surprise

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eric Ciotti, candidat à l'investiture présidentielle du parti LR lors d'une conférence de presse le 17 novembre 2021 à Paris - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
Eric Ciotti, candidat à l'investiture présidentielle du parti LR lors d'une conférence de presse le 17 novembre 2021 à Paris - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

876450610001_6283171682001

Alors que les Républicains désigneront officiellement leur candidat pour la présidentielle le 4 décembre prochain, Éric Ciotti a le sourire. Devant mille supporters à Mandelieu-la-Napoule ce dimanche, le député des Alpes-Maritimes a joué à domicile et s'imagine déjà en grand vainqueur du congrès des LR.

"Je ne joue pas un rôle"

"Nous sommes en train de réaliser une démarche tout à fait extraordinaire qui va nous conduire vers la victoire", assure le candidat, qui déroule ses propositions au micro. Il évoque la fin du droit du sol, la création d'un "Guantanamo à la française" ou encore la notion très controversée de "grand remplacement".

"Peut-être que la bien-pensance et le politiquement correct dictés par la gauche nous ont empêché de dire ce que nous pensions. Moi, j'ai toujours revendiqué ces valeurs. Je ne joue pas un rôle", a estimé Eric Ciotti auprès de BFMTV.

Dans cette campagne à droite toute dans laquelle il faut séduire les militants, les seuls à pouvoir voter, le parlementaire a plusieurs atouts dans sa manche. A commencer par le fait qu'il dirige la plus grosse fédération LR de France, avec plus de 100.000 adhérents.

Son amitié avec Zemmour

Sa proximité avec Éric Zemmour, qu'il ne manque pas d'évoquer, pourrait aussi peser dans la balance.

"Entre Macron et Zemmour au second tour, je le dis, je préfère Zemmour", a déclaré Éric Ciotti le 20 octobre dernier sur Public Sénat. Ce dimanche sur le plateau de CNews, il a encore estimé qu'il y avait "une fatwa contre" le polémiste après les propos de Jean-Christophe Lagarde.

Les deux hommes ont d'ailleurs bien compris leurs intérêts partagés. D'un côté, le soutien du député à l'essayiste permet de mobiliser les adhérents LR qui apprécient le polémiste. De l'autre, un bon score d'Éric Ciotti pourrait démontrer que la droite est proche des thèses que défend Eric Zemmour.

L'écrivain devrait de son côté déclarer officiellement sa candidature la semaine du 29 novembre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles