Conflit. Sahara occidental : éviter l’embrasement à tout prix !

Le Pays (Ouagadougou)
·1 min de lecture

Samedi 23 janvier, le Front Polisario a bombardé Guerguerat, une zone tampon sous contrôle marocain. Le poste-frontière redevient le théâtre des tensions entre les indépendantistes et le Royaume, alors que celui-ci vient de marquer des points décisifs dans cette bataille qui dure depuis trente ans. Mais il “faut éviter à tout prix” la guerre, estime cet éditorialiste burkinabé dans Le Pays.

Le Front Polisario a bombardé le poste frontalier de Guerguerat le 24 janvier 2021 [cette zone tampon sous contrôle marocain est située au Sahara occidental, disputé depuis trente ans entre le Maroc et les indépendantistes sahraouis, soutenus par l’Algérie]. Et, comme si cela ne suffisait pas, il a menacé le royaume chérifien [l’appellation historique donnée au Maroc] d’une escalade militaire. En attendant que les indépendantistes mettent à exécution leurs menaces, on pourrait dire que cette action du Front Polisario est une véritable menace pour la paix dans cette zone.

Il faut éviter à tout prix un embrasement. Il faut d’autant plus l’éviter qu’une éventuelle riposte du Maroc pourrait pousser certains soutiens de taille du Front Polisario à entrer dans la danse – notamment l’Algérie, qui a pris fait et cause pour les indépendantistes.

Quand les États-Unis de Trump s’en mêlent

Le moins que l’on puisse dire, en tout cas, c’est que la tension est montée d’un cran dans cette zone. Faut-il voir dans [le début du processus d’] ouverture d’un consulat américain dans la zone [une des causes de cette escalade] ? Cette

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :