Confinement : organisateur d'une fête, un policier agresse des gendarmes

·1 min de lecture
Faux frères (Photo by DENIS CHARLET/AFP via Getty Images)
Faux frères (Photo by DENIS CHARLET/AFP via Getty Images)

Le 1er novembre dernier, des gendarmes toulousains interviennent pour un tapage nocturne, alors que le confinement est en vigueur depuis deux jours. L’organisateur de la fête ? Un policier.

Quand les gendarmes arrivent devant la résidence de la commune de Saint-Jean, au nord de Toulouse, ils pensent intervenir pour une banale affaire de tapage nocturne, comme le raconte La Dépêche. Certes, celui-ci a lieu alors même que le confinement est en vigueur depuis le 30 octobre. Mais ils ne s’attendent certainement pas à la réception qui va leur être réservée.

Le policier face à la justice

L’hôte de la petite sauterie est un homme de 47 ans. Il déclare aux gendarmes sa fonction de policier, mais ceux-ci ne s’en émeuvent pas outre mesure : elle ne l’exonère pas du port du masque obligatoire (il n’en a pas) et surtout du respect des règles du confinement. Le fonctionnaire de police n’est pas de cet avis, et le ton monte entre les militaires et lui. Il tente de leur arracher leurs masques. Après avoir mis fin à la fête, ces derniers décident de déposer plainte.

Conséquence, le policier se retrouve en garde à vue trois jours plus tard. Auditionné par les enquêteurs de la compagnie de Toulouse Saint-Michel, il déclare que d’autres policiers étaient présents à sa fête. En attendant, c’est bien lui qui est déféré devant le tribunal correctionnel pour “violence sur personne dépositaire de l’autorité publique”. Audience prévue le 4 mai prochain.

D’ici là, des sanctions internes ne sont pas à exclure. On ne badine pas avec les règles, dans les rangs de la police.

Ce contenu peut également vous intéresser :