Le confinement impacte-t-il notre sexualité ?

·1 min de lecture

Confinés pour la seconde fois en à peine une année, nous avons vu plusieurs pans de notre vie mis à rude épreuve. Qu’en est-il de la libido ? Pour répondre à cette question, l’Ifop a interrogé plus de 2 000 Français âgés de 18 à 69 ans pour le compte du site Gleeden. Premier point : 76% des Français ont été confinés en couple ou ont un partenaire sexuel régulier.

Moins d’une fois par semaine. Sur la totalité des répondants, 12% disent avoir eu en moyenne 3 rapports sexuels par semaine avant le confinement, 8% lors du premier confinement et 11% au cours du second. Mais la majorité a avoué moins d’un rapport sexuel par semaine : 24% avant le confinement, 20% pendant le premier et 23% pendant le second.

En creusant un peu plus loin, le huis clos a laissé apparaître quelques points négatifs : 47% rapportent un manque de tendresse et de câlins, 35% un manque de sexe, 32% une baisse de leurs envies coquines.

Au nom du désir. Pour satisfaire leurs envies, 59% des personnes interrogées ont transgressé le confinement : 21% une seule fois et 38% plusieurs fois.

Le sexe, pas un sujet de dispute. Enfin, au-delà de l’aspect purement sexuel, plus de trois quarts des Français (78%) trouvent que leur relation de couple s’est améliorée avec le confinement. Pour autant, les disputes n’ont pas franchement cessé. Premier motif ? Les enfants, suivis de la famille, de l’argent, du travail… et du sexe en dernière position.

* Étude Ifop pour Gleeden réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 30 novembre 2020 auprès d’un échantillon de 2 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.