Confinement: Blanquer ne veut pas "renoncer" à l'hommage à Samuel Paty à l'école

Clarisse Martin
·1 min de lecture
Hommage au professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, le 18 octobre 2020 à Lille - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP
Hommage au professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, le 18 octobre 2020 à Lille - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP

Écoles, collèges et lycées resteront ouverts malgré le nouveau confinement annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron. La rentrée des vacances de la Toussaint se déroulera bien lundi, et la crise sanitaire ne fera pas déroger à l'hommage prévu en mémoire de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie assassiné par un terroriste pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours consacré à la liberté d'expression, a annoncé Jean-Michel Blanquer.

"Nous ne voulons pas renoncer à un tel hommage. La crise sanitaire ne doit pas non plus nous faire oublier les autres sujets très importants, celui-ci est évidemment fondamental", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale ce jeudi matin sur France 2.

Une minute de silence toujours au programme

"L'hommage est maintenu. Bien sûr, nous allons respecter les règles sanitaires donc on va sans doute un peu aménager ce que nous avions prévu. Là aussi je consulte les chefs d'établissement, les personnels et les collectivités locales pour prendre les bonnes décisions, qui seront là aussi précisées ce soir (lors de la conférence de presse de Jean Castex, NDLR)", a poursuivi le ministre de l'Éducation nationale. "Il y aura une minute de silence", a-t-il insisté.

Mardi, avant les annonces d'Emmanuel Macron, Jean-Michel Blanquer avait annoncé que la rentrée de lundi serait décalée à 10 heures dans tous les établissements scolaires. Il avait promis un "cadrage clair".

Le décalage de la rentrée des élèves devait permettre de laisser aux équipes enseignantes le temps de se préparer et d'échanger avant une "séquence pédagogique" organisée dans les classes pour reparler des faits et réaffirmer les principes républicains comme la liberté d'expression, indiquait l'Agence France-Presse (AFP).

Article original publié sur BFMTV.com