Publicité

Conférence de presse de Macron sur TF1 : théâtre, instruction civique, écrans... Les annonces sur l’école

POLITIQUE - Lors de sa conférence de presse à l’Élysée ce mardi 16 janvier, Emmanuel Macron a d’emblée fait plusieurs annonces sur l’école, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, au moment où la ministre de l’Éducation nationale est en pleine tourmente quelques jours après sa nomination.

L’école Stanislas épinglée par un « rapport caché » dévoilé par Mediapart

Le président de la République souhaite ainsi déterminer « le bon usage des écrans pour nos enfants, dans les familles, à la maison comme en classe », sur la base d’un rapport d’experts que le chef de l’État a réunis la semaine dernière.

« On a laissé beaucoup de familles sans mode d’emploi. (...) Il faut qu’on ait un consensus scientifique, que les scientifiques commencent à nous donner un plan et qu’on éclaire un débat public, qui viendra ensuite. Et donc il y aura peut-être des interdictions. Il y aura peut-être des restrictions » et « peut-être aussi des restrictions sur les contenus », a-t-il développé.

Épidémiologistes, cliniciens, sociologues... Il faut que « toutes les disciplines puissent nous dire qu’avant tel âge, ça n’est pas raisonnable de mettre un écran devant un enfant », a-t-il ajouté.

Le théâtre « passage obligé »

Par ailleurs, « dès la rentrée 2024, l’instruction civique sera refondée. Son volume horaire sera doublé - une heure par semaine dès la cinquième - avec en appui les grands textes fondateurs de la nation », a annoncé Emmanuel Macron, qui a aussi mis l’action sur l’éducation artistique et culturelle.

« Comme pour la musique et les arts plastiques, je souhaite que le théâtre devienne un passage obligé au collège dès la rentrée prochaine », a déclaré Emmanuel Macron. « Parce que cela donne confiance. Cela apprend l’oralité, le contact aux grands textes », a-t-il défendu.

Le chef de l’État souhaite aussi que l’histoire de l’art retrouve sa place à la rentrée prochaine au collège et au lycée, « parce que la France est aussi une histoire, un patrimoine qui se transmet et qui unit ».

Tenue unique et cérémonies de remise des diplômes

Le président a aussi annoncé que la tenue unique pour les élèves serait expérimentée dès cette année dans une centaine d’établissements scolaires volontaires et généralisée en 2026 si les résultats sont concluants.

« La tenue unique, ce n’est pas innocent », a-t-il ajouté plus tard sur le sujet. « Ça fait débat (...) On expérimente, on évalue, on est transparents et on regarde. Ce sera pris en charge par les collectivités locales et l’État. »

Il a également souhaité rétablir des cérémonies de remise des diplômes « dès cette année » au collège, « un rite républicain d’unité, de fierté et de reconnaissance », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse.

Interrogé par la suite par un journaliste sur ces annonces liées à l’école, Emmanuel Macron a notamment répondu qu’« on veut aller au bout de ce choc des savoirs ». « Je suis totalement favorable à ce que l’on apprenne La Marseillaise au primaire. C’est même indispensable parce que c’est ce qui nous unit, c’est le fruit de notre histoire », a aussi dit le chef de l’État.

Actuellement, les programmes incluent déjà la possibilité pour les enseignants de « commencer à chanter quelques couplets de la Marseillaise, dès le CE2 ».

Emmanuel Macron a aussi annoncé que son gouvernement allait « continuer à s’attaquer avec force » aux heures non remplacées à l’école « pour que tout élève ait bien un professeur pour chaque heure de cours qui est prévue », en pleine polémique sur les propos de la ministre de l’Éducation autour des « paquets d’heures pas sérieusement remplacées » dans le public.

À voir également sur Le HuffPost :

Amélie Oudéa-Castéra visée par une plainte en diffamation pour ses propos sur l’école publique

Amélie Oudéa-Castéra huée à l’école Littré, l’établissement de son fils durant six mois