Publicité

Concours d'enseignants : la rentrée scolaire s'annonce déjà sous tension

Depuis 2022, le ministère de l'Éducation peine à faire le plein de professeurs. (Photo d'illustration). - Credit:Emma BUONCRISTIANI / MAXPPP / PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP

Certaines académies comme celle de Créteil et Versailles déplorent un déficit de candidats admissibles pour couvrir les postes disponibles.

Des premiers chiffres inquiétants. Près d'un millier de postes d'enseignants ne seront pas pourvus à la rentrée dans le primaire dans les académies de Créteil, Versailles et la Guyane, déplore le syndicat enseignant Snuipp-FSU après la publication des résultats d'admissibilité aux concours. Les chiffres compilés par le premier syndicat du primaire montrent que 966 postes ne seront pas pourvus à l'issue du concours pour devenir professeur des écoles dans ces trois académies, relaie Le Parisien.

Dans certaines académies, où le nombre d'admissibles est inférieur au nombre de postes, la rentrée s'annonce sous tension. Dans l'académie de Créteil par exemple, 737 candidats seulement sont admissibles pour 1 166 postes. Après une crise historique à la rentrée 2023, le rectorat de Créteil a annoncé vendredi le recrutement de 500 nouveaux enseignants contractuels dès le mois de juin. À Versailles, 833 postulants ont franchi la première étape pour 1 285 postes. En Guyane, les résultats sont encore plus catastrophiques avec 80 admissibles pour 165 postes.

Un crise dans l'enseignement

« C'est inquiétant dans le sens où les candidats ne sont pas au rendez-vous, et le choc d'attractivité promis par le ministre de l'Éducation n'est pas là non plus », déplore Guislaine David, cosecrétaire générale du FSU-SNUipp, le principal syndicat des enseignants du premier degré. L'an dernier, concernant à la fois le primaire et le secondaire, plus de 4 000 postes n'avaient pas été pourvu [...] Lire la suite

VIDÉO - "Depuis son arrivée, ce n'est pas des couleuvres qu'avale Pap Ndiaye, c'est le vivarium du Jardin des Plantes tout entier"