TOUT COMPRENDRE - Biodéchets, compost... Ce qui change pour le tri de vos déchets au 1er janvier

À partir du 1er janvier, le tri des biodéchets devient obligatoire. Quels sont les déchets concernés? Comment s'y prendre? Toutes les clés pour y voir clair dans votre poubelle.

Épluchures de fruits ou de légumes, marc de café, herbe tondue... À partir du 1er janvier prochain, il devient obligatoire de trier ses biodéchets. Comme le verre ou les emballages recyclables, ces biodéchets devront donc eux aussi être jetés dans une poubelle spécifique.

• Qu'est-ce qu'un biodéchet?

Un biodéchet, c'est un déchet composé de matière organique. Il en existe différents types, définis par le code de l'environnement. Il y a les déchets alimentaires: épluchures, restes de repas, arêtes de poisson ou os de viande, coquilles d'œuf, marc de café ou encore produits périmés. Mais aussi les déchets verts: herbe tondue, feuilles mortes, branches taillées ou résidus d'élagage.

Comme l'indique l'Agence de la transition écologique (Ademe), "l'entretien du jardin génère environ 160 kilos de déchets verts par personne et par an". D'autant que quelque 9% des foyers brûlent toujours ces déchets verts à l'air libre, ce qui est en principe interdit depuis 2011.

Le compostage devient-il obligatoire?

Contrairement à certaines idées reçues, ce n'est pas le compostage qui devient obligatoire mais le tri des biodéchets à la source, c'est-à-dire le fait de séparer chez soi ces biodéchets des ordures ménagères résiduelles. Objectif: les valoriser. Le compostage, soit le fait de transformer ces déchets organiques en compost, n'est qu'une des différentes manières de les valoriser.

Une obligation de tri qui concerne aussi bien les particuliers que les professionnels comme les restaurants, cantines, traiteurs, commerce de gros, magasins de vente au détail ou encore usines de transformation de denrées alimentaires.

Pourquoi trier ses biodéchets?

Cette obligation de tri à la source a été fixée par une directive européenne puis inscrite dans la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire. En France, chaque habitant produit en moyenne 83 kilos de biodéchets par an.

Plusieurs intérêts à trier les biodéchets: d'abord, réduire la quantité d'ordures. Selon l'Agence de la transition écologique (Ademe), les biodéchets représentent un tiers des poubelles d'ordures ménagères. Réduire la quantité de déchets -qui finissent incinérés- permet de diminuer les émissions de CO2, l'un des principaux gaz à effet de serre responsable du changement climatique, comme l'indique le ministère de la Transition écologique.

Autre objectif: valoriser ces biodéchets. Car une fois collectés, ils pourront être envoyés dans un composteur à grande échelle, afin de produire du compost pour les agriculteurs et les services d'espaces verts, ou dans une unité de méthanisation pour produire du biogaz.

Obtenu par fermentation de matières organiques, le biogaz présente des caractéristiques équivalentes à celles du gaz naturel. Il peut ainsi être utilisé dans les réseaux de gaz naturel, mais aussi comme carburant pour les moteurs, ou encore produire de l'électricité ou de la chaleur.

• Comment s'y prendre?

Nul besoin de vous équiper vous-même de poubelles spécifiques ou d'un bac à compost: c'est aux collectivités qu'il appartient d'organiser la collecte séparée des biodéchets.

Concrètement, selon les choix faits par les communes, cela peut se traduire par la collecte séparée avec un bac supplémentaire -au couvercle le plus souvent marron- ramassé séparément par des camions-bennes dédiés comme pour les autres poubelles de tri, détaille le site Service public. Mais aussi la collecte via un point d'apport volontaire: des poubelles collectives, comme celles que l'on retrouve déjà dans la rue pour la collecte du verre.

Malgré la loi, le tri des biodéchets ne devrait concerner qu'une minorité de foyers au début de l'année prochaine. Comme le pointait dès le mois de septembre l'association Zero Waste France, qui milite pour la réduction des déchets, la France est très en retard sur le sujet.

Ce qu'a reconnu le ministère de la Transition écologique. "Certaines collectivités ont encore des investissements à poursuivre", a-t-il indiqué mi-novembre.

Que risque-t-on à ne pas les trier?

Dans le cas où les consignes de tri des déchets et de collecte ne sont pas respectés, le code pénal prévoit une amende de 35 euros. "Dire que si les personnes ne font pas le tri, elles auront 35 euros d'amende, c'est totalement faux", a cependant déclaré à l'AFP Vincent Coissard, le responsable de la sous-direction déchets et économie circulaire au ministère.

"L'enjeu premier est de sortir les biodéchets de la décharge ou de l'incinérateur, car ils contiennent beaucoup d'eau, et les brûler n'a pas de sens", a-t-il expliqué.

Selon le ministère, seuls 27 millions de Français, soit 40% de la population, devraient disposer d'une solution de tri dans le courant de l'année 2024. Les amendes ne seront donc pas pour tout de suite.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Compost obligatoire: la France sera-t-elle prête le 1er janvier?