Le comportement de Christophe Ellul au moment de la découverte du corps interroge la famille d'Elisa Pilarski

Justine Chevalier
·3 min de lecture
Elisa Pilarski est morte le 16 novembre 2019, dans la forêt de Retz dans l'Aisne. - DR
Elisa Pilarski est morte le 16 novembre 2019, dans la forêt de Retz dans l'Aisne. - DR

Quel rôle a joué Christophe Ellul dans la mort de sa compagne Elisa Pilarski. Le propriétaire du chien Curtis, mis en cause par les expertises, a été mis en examen pour homicide involontaire. Mais la famille de la jeune femme de 29 ans au moment des faits, s'interroge sur le comportement du compagnon de cette dernière lorsqu'il a découvert le corps.

Le 16 novembre 2019, à 13h16, Christophe Ellul reçoit un premier appel de sa compagne Elisa Pilarski. Alors au travail à l'aéroport de Roissy, à un peu moins d'une heure de voiture de la forêt de Retz, dans l'Aisne, où sera retrouvée la jeune femme, il ne décroche pas. Elle insiste, et lui finit par lui répondre. Le couple se parle pendant deux minutes: "Elle me dit qu'elle est mordue au bras et à la jambe par des chiens", avait confié à la presse Christophe Ellul en novembre dernier.

D'autres mises en examen en vue?

L'agent de piste de 45 ans prévient son chef et quitte son travail pour rejoindre sa compagne et la mère de son futur enfant. Il explique avoir vu des chiens de chasse, puis avoir récupéré Curtis. C'est ensuite qu'il dit avoir découvert le corps d'Elisa Pilarski. "C'est là que j'ai essayé d'appeler les secours mais ça ne passait pas", poursuit-il. Il s'est alors rendu dans une maison du voisinage pour prévenir les secours. Christophe Ellul aura mis environ 1h30 à donner l'alerte.

La famille d'Elisa Pilarski va déposer deux supplétifs auprès de la juge d'instruction en charge du dossier. En clair, elle a demandé à la magistrate d'enquêter sur d'éventuelles autres infractions et d'examiner une nouvelle mise en examen de Christophe Ellul pour d'autres chefs. Le procureur de Soissons a d'ailleurs précisé que l'information judiciaire se poursuivait, "étant précisé que des recours sont actuellement en cours devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens".

"Ça fait un an que les charges s'accumulent contre Christophe Ellul, je parle des témoignages, des expertises, de la téléphonie, aujourd'hui c'est la suite logique des actes menés par la juge d'instruction", a réagi jeudi sur BFMTV Me Guillaume Demarcq, l'avocat de la société de vénerie un temps mis en cause dans la mort de la jeune femme.

Demande de contre-expertise

Jeudi, Christophe Ellul a été convoqué devant la juge d'instruction qui l'a mis en examen pour homicide involontaire. La justice le soupçonne d'avoir involontairement causé la mort de la jeune femme "par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité". Un décès imputé par les expertises au chien de Christophe Ellul, Curtis, dont seul l'ADN a été retrouvé sur le corps de la jeune femme.

Le propriétaire de l'animal, importé illégalement des Pays-Bas, et, selon le parquet, dressé au mordant, une technique interdite en France, continue de croire Curtis innocent. Une première demande de contre-expertise avait été refusée par la juge d'instruction. Christophe Ellul a fait appel de cette décision et la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Amiens doit désormais examiner cette requête.

"L'indice principal de la mise en examen c'est le rapport d'expert et l'entraînement au mordant. Il y a des raccourcis, des liens qui sont faits, a déploré sur RMC Me Novion, l'avocat de Christophe Ellul. Actuellement on discute, l'enquête avance. Mon client attend avec sérénité et il répondra sans aucun problème à la justice". L'avocat rappelle que son client est avant tout "une victime" car "il a perdu sa femme et son enfant".

Article original publié sur BFMTV.com