Communications. En Birmanie, Internet est de retour, la censure aussi

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Depuis le week-end dernier, la junte militaire a rétabli les connexions à la Toile pour éviter de pénaliser trop longuement l’économie. Mais elle peut décider de limiter l’accès à certains sites.

La junte militaire birmane desserre son étau au profit des entreprises. Afin de ne pas pénaliser l’économie, le régime a en effet assoupli les restrictions d’accès à Internet imposées depuis le coup d’État militaire du 1er février. Une décision qui, selon Nikkei Asia, signale aussi le retour d’un bureau de la censure, qui contrôlera qui peut accéder à quoi.

Certains opérateurs de télécommunications ont ainsi ouvert l’accès aux applications bancaires et à celles indispensables aux entreprises. Les clients de l’opérateur étatique MPT peuvent notamment consulter leurs e-mails et accéder aux applications bancaires. “La junte a levé récemment les coupures d’Internet des usagers de la fibre”, précise le journal.

À lire aussi: Contestation. En Birmanie, une radio pirate lutte contre la répression numérique

“Nous assistons au rétablissement de l’ancien bureau de la censure, mais cette fois sur Internet”, explique au journal Oliver Spencer, conseiller de l’organisation Free Expression Myanmar.

Les “diktats des militaires”

Il fait référence à un organisme qui contrôlait et censurait les journaux avant d’être dissous par l’ancien président Thein Sein en 2012 dans le cadre des réformes politiques. Une étape qui avait signalé la démocratisation du pays, les restrictions à la liberté d’expression étant ainsi levées. Ce processus a violemment été abandonné à la suite du coup d’État de février dernier.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :