Commerces, lieux culturels, terrasses: l'exécutif maintient son objectif de réouvertures dès la mi-mai

Agathe Lambret et Jeanne Bulant
·4 min de lecture
Emmanuel Macron participe à un cours à distance depuis l'Élysée, le 6 avril 2021. (Photo d'illustration) - Christophe Ena / POOL / AFP
Emmanuel Macron participe à un cours à distance depuis l'Élysée, le 6 avril 2021. (Photo d'illustration) - Christophe Ena / POOL / AFP

"Certains lieux culturels et certaines terrasses rouvriront à la mi-mai", a annoncé le porte-parole du gouvernement dans un entretien accordé jeudi soir au journal Les Échos, confirmant l'objectif initialement fixé par Emmanuel Macron. Les commerces devraient également être concernés par cette date.

"Le début de la réouverture du pays a été fixé à la mi-mai, si c'est possible plus tôt, évidemment nous le ferons", a ajouté Gabriel Attal, son cabinet précisant à BFMTV que les commerces ne devraient pas rouvrir avant la mi-mai. Dans cette interview, il se veut optimiste sur les semaines à venir:

"Nous observons un début de stabilisation au niveau national et une légère amélioration dans les 16 premiers départements concernés par les mesures", déclare Gabriel Attal. "Entre nos efforts et l'accélération de la vaccination, il y a toutes les raisons d'espérer que cette dynamique se confirme et se traduise par une baisse, peut-être dès la semaine prochaine".

"Soyons pragmatiques et prudents"

"Par la suite, l'augmentation du nombre de personnes vaccinées nous permettra d'autres réouvertures, progressivement", affirme-t-il. Et d'ajouter: "Nous emploierons des critères rationnels, de bon sens, en distinguant les lieux extérieurs et intérieurs, ceux où l'on circule ou pas, ceux où il est nécessaire de retirer son masque".

Mais le ministre de l'Économie, lui, s'est montré quelque peu plus réservé sur la question. Sur France 2 ce jeudi, Bruno Le Maire a quant à lui déclaré: "La promesse, c'est que nous ferons tout ce qui est possible pour d'abord se débarrasser du virus et ensuite envisager les terrasses et certains commerces". Mais "rien ne serait pire que de dire à la mi-mai on commence à tout rouvrir et quelques semaines après parce que le virus revient nous refermons", a-t-il prévenu.

Dans l'après-midi, Emmanuel Macron a réuni en visioconférence une quinzaine de maires pour faire un point sur la crise sanitaire et le calendrier des réouvertures. Et face aux élus, le chef de l'État a déjà laissé entendre que la réouverture des espaces publics clos se ferait de nouveau par phases, et ce à partir de la mi-mai, conformément à son objectif initial.

"Soyons pragmatiques et prudents", a-t-il déclaré, selon nos informations, évoquant "une réouverture des terrasses et des musées lors de la première phase". Ensuite, la situation épidémiologique sera étudiée tous les 15 jours - 3 semaines en vue de voir s'il est envisageable de passer à l'étape de déconfinement suivante.

Réunion de travail à l'Élysée

Selon nos informations, le chef de l'État aurait évoqué la piste d'une stratégie territorialisée, régionalisée. "Peut-être que ces réouvertures se feront différemment selon les territoires. Je crois à la différenciation", aurait-il déclaré devant les maires. Cependant, précise un ministre au cœur de la crise: il ne s'agit pour l'heure d'"une hypothèse", au même titre qu'une réouverture à l'échelle nationale.

"Si on voit des territoires où l’épidémie s’est effondrée, il faudra commencer la phase un", aurait aussi déclaré le président, avant d'évoquer la possibilité que les terrasses, les musées et les commerces puissent rouvrir lors de cette première phase. Aucune date n'a cependant été donnée précisément pour la réouverture des restaurants, qui interviendrait dans un deuxième temps.

Après 18 heures ce jeudi, le chef de l'État planchait avec une dizaine de ministres sur plusieurs protocoles sanitaires de réouverture afin d'être prêt d'ici le 15 mai. Ces échanges ne donneront toutefois pas lieu à des annonces, car de nouvelles réunions avec des groupes d'élus sont prévues à l'avenir "pour recueillir leurs remontées de terrain ainsi que leurs propositions sur la gestion de la crise sanitaire".

D'ici là, Emmanuel Macron prévient que les Français vont encore devoir faire face à "8 à 10 jours d'augmentation (des indicateurs) dans les hôpitaux". Quant à l'avancée de la campagne vacinale, le président a fait savoir que "tous les centres de vaccination devraient rapidement avoir 5 à 6 semaines de visibilité sur les livraisons". Enfin, il a promis que "d'’ici la fin de l’été, chaque adulte aurait eu la proposition d’un vaccin. Ça c’est garanti!"

Article original publié sur BFMTV.com