Comment construire le monde d'après ?

La mobilité est l'un des enjeux majeurs de l'évolution de notre modèle économique (Photo : JOEL SAGET/AFP via Getty Images)

À l'heure où la crise sanitaire de la Covid-19 et la crise économique qui l'accompagne imposent une réflexion globale sur l'organisation de la société et des structures de production, le think tank The Shift Project s'est donné pour ambition de proposer des solutions concrètes pour guider la nécessaire transformation de notre système économique.

Ces dernières semaines, alors que la France, comme de nombreux autres pays, était paralysée par un confinement imposé par les pouvoirs publics pour ralentir la pandémie de coronavirus, le sentiment s'est propagé comme une évidence chez de nombreux citoyens. À l'issue de cette crise aussi soudaine que globale, plus rien ne serait comme avant, toute la question étant désormais d'imaginer à quoi pourra – et devra - ressembler le fameux “monde d'après”.

Une crise intimement liée aux thématiques énergétiques

Parmi les organismes qui se sont immédiatement penchés sur cet épineux sujet, The Shift Project détonne par son ambition transversale et opérative, mais aussi par son postulat de base. Pour ce think tank français “qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone”, comme indiqué sur sa page Facebook, la crise actuelle est intimement liée aux thématiques énergétiques.

“Il y a une transition énergétique cachée derrière cette crise qui concerne le pétrole, a ainsi expliqué Jean-Marc Jancovici, l'un des fondateurs du Shift Project, au micro de France Culture. Avant la crise de la Covid, la production de pétrole dans le monde s’est arrêtée de croître depuis maintenant un an et demi. Et la Covid n’a fait qu’accélérer cette tendance. La crise économique a fait plonger les prix du pétrole vers le bas. Et l’offre de pétrole va baisser.”

Comment relancer l'économie dans un monde sans croissance ?

De ce fait, c'est l'ensemble de notre modèle de développement économique qui se trouve en péril. “La croissance est une valeur physique, et la physique va nous interdire d’en avoir, souligne l'ingénieur, cette fois cité par L’ADN Innovation. Il nous faut donc réfléchir à comment relancer l’économie dans un monde sans croissance ou raisonner dans un cadre où la croissance n’est pas nécessaire.”

À cette contrainte de ressources s'ajoute celle du changement climatique, de plus en plus pressante, et ce malgré la relative baisse des émissions de CO2 provoquée par la crise sanitaire. Rappelant sur Europe 1 qu'“il nous faudrait une Covid supplémentaire tous les ans pour que l'on respecte la limite des deux degrés” fixée par les accords issus de la COP21, Jean-Marc Jancovici juge ainsi que “l'accident que nous vivons en ce moment donne une idée de l'effort qui nous attend”.

Des solutions pratiques au-delà des considérations idéologiques

Partant de ce constat, le Shift Project a mobilisé ses équipes (une quinzaine de salariés et quelques centaines de contributeurs bénévoles) pour concevoir des solutions immédiatement applicables. “Notre ambition est de proposer un cheminement de transformation concrète pour lancer une conversation documentée et précise sur le sujet de la transition énergétique et de la relance économique”, synthétise Matthieu Auzanneau, directeur du think tank, dans des propos relayés par L’ADN Innovation.

Au-delà des considérations idéologiques ou financières, l'idée est bien d'imaginer comment peut s'organiser en pratique ce nécessaire changement de modèle. “La méthode que nous voulons échafauder s'intéresse à l'économie concrète : pas 'euros', 'croissance' et 'dette', mais 'métiers', 'tonnes', 'joules' ; pas 'Combien ça coûte ?', mais 'Que fait-on ?'”, peut-on ainsi lire dans la présentation du Plan de transformation de l'économie française sur lequel planche actuellement le think tank.

“On va un peu faire concurrence à monsieur Bruno Le Maire”

Dans le cadre de ce projet dont les conclusions seront rendues dans les semaines à venir, le Shift Project s'est donc attelé à étudier l'évolution possible de quinze grands secteurs d'activité, de manière interconnectée. “Notre ambition est de rentrer dans un niveau de détail suffisamment clair pour être compris de tous, tout en étant assez précis pour avancer”, indique Jean-Marc Jancovici dans une interview à Novethic.

Alors que l'impératif d'une “relance verte” fait aujourd'hui consensus au point d'être publiquement invoqué par le ministre de l'économie et des finances, une telle démarche pourrait donc fournir des solutions particulièrement pertinentes au niveau national. “On va un peu faire concurrence à monsieur Bruno Le Maire d'une certaine manière... ou plutôt on espère être écouté par lui”, résume Jean-Marc Jancovici au micro d'Europe 1. Affaire à suivre, donc...