Combats entre groupes rivaux en Libye près des ports pétroliers

Les forces du général libyen Khalifa Haftar ont effectué des bombardements aériens face à une attaque d'un groupe armé rival vendredi près de deux terminaux pétroliers sur la côte libyenne. Mais en dépit de ces bombardements, des éléments des Brigades de défense de Benghazi (BDB) ont pu occuper le terminal d'Es Sider, rapporte-t-on de source portuaire et d'après les habitants, ainsi que l'aéroport de celui voisin de Ras Lanouf. /Photo d'archives/REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Les forces du général libyen Khalifa Haftar ont effectué des bombardements aériens face à une attaque d'un groupe armé rival vendredi près de deux terminaux pétroliers sur la côte libyenne.

Mais en dépit de ces bombardements, des éléments des Brigades de défense de Benghazi (BDB) ont pu occuper le terminal d'Es Sider, rapporte-t-on de source portuaire et d'après les habitants, ainsi que l'aéroport de celui voisin de Ras Lanouf.

La situation était toutefois confuse vendredi en fin de journée et la compagnie pétrolière libyenne, la National Oil Corporation (NOC), n'avait pas d'informations précises.

Les raids de l'Armée nationale libyenne (ANL) du général Haftar, qui se sont déroulés au sud de la ville côtière de Naoufiliya, ont visé les BDB, selon les porte-parole de l'ANL et la Garde des installations pétrolières.

Es Sider et Ras Lanouf, sur le golfe de Syrte, font partie des quatre ports dont l'ANL a pris le contrôle en septembre dernier. Trois de ces ports ont été depuis rouverts à l'exploitation par la NOC.

Les adversaires de l'ANL ont tenté plusieurs fois mais sans succès de reprendre ces installations portuaires.

Les BDB sont constituées pour l'essentiel de combattants chassés de Benghazi par l'ANL, qui présente ses ennemis comme des extrémistes islamistes soutenus par des mercenaires.

La production pétrolière de la Libye atteint aujourd'hui 700.000 barils par jour, plus du double de son niveau d'il y a un an, mais loin encore des 1,6 million de bpj que le pays produisait avant le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.

(Ayman al Warfalli; Jean-Stéphane Brosse et Gilles Trequesser pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages