Publicité

Colère des agriculteurs : La FNSEA met en garde le gouvernement avant le Salon de l’Agriculture

Arnaud Rousseau sur BFMTV le 11 février 2024.
Capture écran BFMTV Arnaud Rousseau sur BFMTV le 11 février 2024.

POLITIQUE - J-12. Le patron de la FNSEA Arnaud Rousseau a exprimé ses inquiétudes ce dimanche 11 février sur BFMTV alors que les blocages des agriculteurs ont été mis sur pause dans l’attente d’une réponse du gouvernement d’ici au début du Salon de l’Agriculture.

Salon de l’agriculture 2024 : les avertissements de son patron aux politiques (et aux visiteurs)

Les syndicats avaient accepté d’arrêter les manifestations, mais prévenu que les actions pourraient reprendre si les engagements n’étaient pas tenus d’ici au 24 février. Et pour Arnaud Rousseau, le compte n’y est pas à ce stade.

« Je sais qu’il y a des réunions qui s’opèrent, on a des réunions en préfecture qui se passent bien. Mais moi, depuis 10 jours, je n’ai pas vu le ministre de l’Agriculture, je n’ai pas vu le Premier ministre. On n’est pas dans le bon tempo », a souligné le représentant syndical.

Une réunion avec Gabriel Attal mardi

S’il reconnaît que certains sujets prendront du temps, il ajoute : « Quand sur le plan élevage, le Premier ministre dit “on va le mettre en route avant le salon” et qu’au moment où je vous parle, il n’y a pas eu le début du commencement d’une réunion ni même d’un coup de fil, ça nous inquiète. Il faut s’y mettre. Il faut s’y mettre maintenant. »

« Je n’ai pas eu de contacts depuis dix jours, ça ne me paraît être la bonne manière de suivre les sujets », juge-t-il. Le syndicaliste de la FNSEA précise qu’il a tout de même eu Gabriel Attal au téléphone vendredi, et qu’une réunion est prévue mardi après-midi. Insuffisant selon lui, qui réclame « un point d’étape toutes les 48 heures ».

Il ajoute : « Je pense que personne n’a intérêt à nous balader. On est à mi-parcours. (...) Il reste 12 jours, que tout le monde fasse son travail. » Et prévient que la traditionnelle visite du président de la République pourrait être agitée « si on se moquait de nous ».

À voir aussi sur Le HuffPost :

Remaniement : Que va faire Pannier-Runacher à l’Agriculture ? Le ministère dévoile ses missions

Autoroute A69 : Greta Thunberg est venue dans le Tarn pour soutenir les militants écologistes