Publicité

Colère des agriculteurs : encore des manifestations en Pologne, en Espagne et en Hongrie

En Pologne, le mouvement de colère des agriculteurs reprend de l'ampleur. Ces derniers sont toujours vent debout contre l’afflux incontrôlé de céréales et d’autres produits agricoles en provenance d'Ukraine. Lors de cette nouvelle vague de manifestations, les agriculteurs ont bloqué les routes et les postes de contrôle frontaliers avec l'Ukraine. Les manifestants se plaignent du manque des bénéfices tirés de l’agriculture et de l’élevage et du manque de mesures gouvernementales pour protéger leurs moyens de subsistance. La grève doit durer 30 jours. Selon les informations locales, plus de 260 blocages ont eu lieu à travers le pays.

Des centaines d'agriculteurs ont défilé à Poznan ce vendredi.
Des centaines d'agriculteurs ont défilé à Poznan ce vendredi. - Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

En Hongrie, un groupe d'agriculteurs a également protesté vendredi contre l'importation en franchise de droits de produits ukrainiens près de la frontière ukrainienne. La manifestation a été annoncée par le président du plus grand syndicat d'agriculteurs, qui est également député du parti au pouvoir, le Fidesz. Les tracteurs des participants ont formé une longue file d'attente sur la route menant au poste frontière. De nombreux participants ont imputé à l'UE les difficultés rencontrées par les agriculteurs hongrois.

Le déclencheur immédiat de la manifestation a été une proposition de la Commission européenne visant à prolonger d’un an l’importation en franchise de droits de produits agricoles ukrainiens et moldaves.

En Espagne, les agriculteurs espagnols ont également organisé des actions similaires lors de leur quatrième journée consécutive de protestation. Outre les politiques européennes, les agriculteurs espagnols soutiennent qu'une loi visant à garantir que les acheteurs en gros des grands supermarchés paient des prix équitables pour leurs produits n'est pas appliquée alors que les prix à la consommation montent en flèche.

Des agriculteurs avec leurs tracteurs participent à une manifestation à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, ce vendredi 9 février 2024.
Des agriculteurs avec leurs tracteurs participent à une manifestation à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, ce vendredi 9 février 2024. - Alvaro Barrientos/Copyright 2019 The AP. All rights reserved

Les manifestations de vendredi se sont concentrées autour des villes du nord d'Oviedo, Pampelune et Saragosse, avec des tracteurs obstruant plusieurs rues de la ville et des routes de banlieue. Dans de nombreux endroits, les agriculteurs ont continué leurs protestations du jour au lendemain.

Un groupe non affilié aux trois principales organisations agricoles espagnoles a appelé les agriculteurs à se déplacer vers Madrid à minuit pour manifester ce samedi près du siège du parti socialiste du Premier ministre Pedro Sánchez. Les manifestations devraient se poursuivre au cours des prochaines semaines, avec une grande manifestation organisée dans la capitale le 21 février. Plusieurs médias espagnols ont associé de nombreuses manifestations à des groupes conservateurs et d'extrême droite. La police a déclaré que 20 personnes avaient été arrêtées lors des manifestations de cette semaine.

En Italie, après des semaines de mobilisation à travers la péninsule, des agriculteurs ont décidé vendredi de marquer les esprits en faisant défiler des tracteurs le long du Colisée, l'un des monuments les plus célèbres de la capitale. Plus de 300 tracteurs sont stationnés depuis plusieurs jours aux portes de Rome, où ils attendaient une autorisation pour accéder au centre. Le mouvement semble cependant se diviser. Selon le quotidien Il Corriere della sera, le gouvernement de Giorgia Meloni envisage de dépenser 200 millions d'euros pour supprimer ou baisser des impôts spécifiques aux agriculteurs, en particulier aux moins de 40 ans. Concernant leurs critiques du Pacte vert qui est censé aider l'UE à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, les agriculteurs européens ont obtenu mardi de Bruxelles l'abandon d'un texte visant à réduire l'usage des pesticides.