Publicité

“Dans le coin des yeux de mes filles” : la veuve de Christophe Dominici plus que jamais hantée par sa mort inexpliquée

Il y a trois ans, en novembre 2020, la France apprenait, de façon abrupte, la mort de Christophe Dominici. L’ancien rugbyman français avait fait une chute de plus de 10 mètres. Rapidement, les enquêteurs vont écarter la piste de l’intervention d’une tierce personne, concluant que le sportif s’était suicidé. Une thèse invraisemblable pour la compagne de Christophe Dominici. En effet, à l’occasion d’un entretien pour nos confrères du Parisien pour évoquer la publication de son livre, Sans lui, Loretta, se confie à cœur ouvert sur les derniers jours de vie de son compagnon et père de ses deux filles. Selon ses dires, Christophe Dominici n’aurait pas pu mettre fin à ses jours. “Personne n’était là, personne ne peut savoir ce qu’il s’est passé en lui. Il a peut-être eu une bouffée délirante”, confie-t-elle. Impossible pour Loretta que son compagnon ait pris la décision consciente de quitter ses filles. “Ce n’est pas quelque chose de conscient. Ce n’est pas quelqu’un qui part de la maison et laisse un mot parce qu’il sait déjà ce qu’il va faire. Je sais juste que, depuis trois ans et pour toujours, on aura un mal fou… (elle s’interrompt, en pleurs). Parce qu’il n’y aura pas d’explications. Parce que l’absence sera toujours dans le coin des yeux de mes filles”, indique-t-elle avec beaucoup de douleur. Trois ans après la disparition de Christophe Dominici, la plaie est béante.

Loretta : "Je ne sais pas à (...)

Lire la suite sur Closer

EXCLU. Léa François (Plus belle la vie) : "A 50 ans, mes parents sont partis subitement"
Harry et Meghan : ce projet explosif qui reste d'actualité et pourrait chambouler à nouveau la famille royale
Charles III et Kate Middleton opérés : cette autre absence royale qui laisse planer un doute
EXCLU. Accident de Pierre Palmade : la nouvelle vie déchirante de la passagère qui a perdu son bébé
TÉMOIGNAGE. "J'ai ignoré d'inquiétants symptômes parce que j'avais peur, je fais maintenant face à la mort"