Publicité

Coach "piétiné", bagarre générale, Palmieri visé... un match amateur dégénère totalement en Corse

Cela devait être "le choc au sommet de R3 entre les deux co-leaders du championnat", comme l'avait posté le FC Lupinu à la veille de son déplacement sur la pelouse du club de Cargèse. Une affiche corse qui a tourné court dimanche, virant même au pugilat. Le club où évolue l'ancien joueur professionnel Julian Palmieri, a décrit ce lundi sur ses réseaux sociaux le guet-apens dont plusieurs de ses joueurs et membres du staff ont été victimes. Tout a commencé lorsque le match a été interrompu peu après le coup d’envoi, suite à "un contact et un accrochage anodin entre deux joueurs".

"Dans la mêlée, plusieurs licenciés adverses en ont profité pour lyncher notre joueur concerné par ce fait de jeu, puis s’en sont pris à d’autres membres de notre club, notamment Julian Palmieri qui était visiblement une cible bien définie", raconte le FC Lupinu dans un long post.

L'entraîneur devait laisser filer le match ou "lui et sa famille seraient en danger"

S'il a tenté de s'interposer afin d'apaiser la situation, l’entraîneur du club de Haute-Corse, Loïc Capretti, a "lâchement été agrippé par le dos, projeté au sol, frappé et piétiné à la tête alors qu’il avait perdu connaissance", poursuit le club. "Fort heureusement, un de nos joueurs a pu s’infiltrer et faire bouclier dans les derniers instants, nous permettant d’éviter ce qui aurait pu être un véritable drame". L'entraîneur sévèrement atteint aurait reçu en amont du match des messages lui conseillant de laisser filer le match, ou alors "lui et sa famille seraient en danger". Après sa grave agression, il a été évacué par les pompiers et conduit à l’hôpital d’Ajaccio, où il s’est vu prescrire une ITT (incapacité temporaire de travail) de dix jours. Le FC Lupinu promet désormais que "les victimes de ses attaques auront la défense qu’elles méritent" et appelle la Ligue corse à "prendre ses responsabilités".

Article original publié sur RMC Sport