Le co-lauréat ukrainien du Nobel de la paix appelle à juger Poutine devant un tribunal international

Le co-lauréat ukrainien du Nobel de la paix appelle à juger Poutine devant un tribunal international
Un drapeau ukrainien à Prague, dimanche 27 mars 2022 (illustration) - Michal Cizek / AFP
Un drapeau ukrainien à Prague, dimanche 27 mars 2022 (illustration) - Michal Cizek / AFP

La cheffe du Centre ukrainien pour les libertés civiles, qui figure parmi les trois lauréats du prix Nobel de la paix, a appelé vendredi à la création d'un tribunal international pour juger le président russe Vladimir Poutine.

"Il est nécessaire de créer un tribunal international et de traduire en justice Poutine, Loukachenko et d'autres criminels de guerre" a déclaré Alexandra Matviïtchouk sur sa page Facebook.

Elle a également appellé à l'exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU et estimé que "la mobilisation massive de personnes ordinaires dans différents pays du monde et leur voix commune peuvent changer l'histoire du monde plus rapidement que l'intervention de l'ONU".

Dans un choix hautement symbolique en faveur de la "coexistence pacifique", le Nobel de la paix a couronné vendredi un trio de "champions des droits humains" en Ukraine, en Russie et en Biélorussie, trois des principaux acteurs d'un conflit ukrainien entaché d'atrocités.

Trois champions de la démocratie dans trois pays voisins

Le prestigieux prix a été conjointement attribué au militant biélorusse Ales Beliatski, en prison dans son pays, à l'ONG russe Memorial - frappée par un ordre de dissolution des autorités russes - et au Centre ukrainien pour les libertés civiles qui s'emploie à documenter les "crimes de guerre russes" dans le conflit en cours.

"Le comité Nobel norvégien souhaite honorer trois champions remarquables des droits humains, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les trois pays voisins que sont le Bélarus, la Russie et l'Ukraine", a déclaré sa présidente Berit Reiss-Andersen.

Ce faisant, le comité a, comme attendu, tenu à marquer le coup face à la guerre en Ukraine qui a plongé l'Europe dans la crise sécuritaire la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le Centre ukrainien pour les libertés civiles "a été créé en 2007 et notre mission principale est la défense des droits humains", a déclaré à Kiev Anna Trouchova, chargée de communication de l'ONG.
Depuis l'invasion de l'Ukraine par les forces de Moscou en février, "nous documentons les crimes de guerre des militaires russes en Ukraine dans tout le pays (...) Une autre activité importante est le retour des Ukrainiens kidnappés chez eux", a ajouté Anna Trouchova à quelques journalistes.

Article original publié sur BFMTV.com