Publicité

Le coût exorbitant de la guerre en Ukraine pour l’économie mondiale

La guerre en Ukraine a coûté à l’économie mondiale “nettement plus de 1 600 milliards de dollars” l’année dernière, selon l’Institut de l’économie allemande de Cologne (IW), annonce le quotidien allemand Rheinische Post ce mardi 21 février.

Les effets de la guerre sur l’économie mondiale ont été multiples. L’étude souligne que le conflit a entraîné “des perturbations des chaînes d’approvisionnement et de la production dans le monde entier”, tandis que “les prix de l’énergie ont monté en flèche”, que “l’inflation a fortement augmenté partout et a réduit le pouvoir d’achat des consommateurs”, explique le magazine Stern. Les perspectives économiques incertaines et la hausse des taux d’intérêt font que “les entreprises du monde entier hésitent à investir”, relève l’étude.

Un tiers des pertes dans les pays émergents

Le modèle établi par l’IW évalue les pertes de production qui sont “principalement imputables à l’invasion russe en Ukraine”. L’Institut s’est appuyé sur les prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) du Fonds monétaire international (FMI) de 2021 (avant la guerre) pour estimer “la perte de performance économique par rapport à un monde sans la guerre et ses multiples effets économiques”. Sur les 1 600 milliards de dollars de pertes pour l’année écoulée, “deux tiers ont été enregistrés dans les économies avancées et un tiers dans les économies émergentes”. L’auteur de l’étude, Michael Grömling, explique qu’en 2023 “les pertes de production mondiales pourraient s’élever à environ 1 000 milliards de dollars”.

En septembre 2022, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avait estimé que le conflit en Ukraine allait “coûter à l’économie mondiale 2 800 milliards de dollars en pertes de production d’ici la fin de l’année prochaine”, rapportait le Wall Street Journal. “La guerre et ses conséquences auront coûté au monde l’équivalent de la production globale de l’économie française au cours de ces deux années”, notait le quotidien économique américain.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :