Publicité

Climat : ces scientifiques veulent aspirer le CO2 de l'atmosphère pour le stocker dans l'océan

Des scientifiques ont mis au point un moyen d'aspirer le dioxyde de carbone présent dans l'air qui réchauffe la planète, de le transformer en bicarbonate de soude, et de le stocker dans les océans. Cette technique, décrite dans une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances, pourrait être jusqu'à trois fois plus efficace que la technologie actuelle de captage du carbone.

Pour capter le CO₂, il faut soit aller directement à la source, dans des usines qui émettent ce type de pollution (aciéries, cimenteries…), soit l'aspirer dans l'air ambiant, pour ensuite le stocker ailleurs que dans l'atmosphère. Problème : les gaz à effet de serre représentent une toute petite partie de l'air qui nous entoure. Le CO₂ n'est présent qu'à hauteur de 0,04 % autour de nous, c'est pourquoi il se mesure en ppm ou "partie par million", comme les particules polluantes. Il est donc difficile et coûteux de mettre en place des systèmes d'aspiration du CO₂ directement dans l'air. Par exemple, la plus grande usine de captage du monde, qui se trouve en Islande, n'élimine "que" 4 000 tonnes de dioxyde de carbone par an, soit la pollution émise par environ 800 voitures à l'année.

Mais cette nouvelle technique pourrait contourner ce problème, selon Arup SenGupta, professeur à l'Université Lehigh (Pennysylvanie, États-Unis) et auteur de l'étude, interviewé par CNN. Il s'agit d'utiliser des processus de captation déjà connus et utilisés actuellement, mais de les modifier. Le matériau absorbant hybride (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une invasion inédite de sargasses, algues pestilentielles et toxiques, inquiète l'autre côté de l'Atlantique
Biodiversité : la pollution de l'air perturbe la vie sexuelle des insectes
Plastic Odyssey : un tour du monde pour démocratiser le recyclage et lutter contre la pollution plastique
Continent de plastique : est-ce enfin la solution pour s'en débarrasser ?
Pollution de l'air : chaque recoin de la Terre est pollué aux particules fines