Publicité

Climat : la menace d'une "Terre étuve"

Le réchauffement a déjà dépassé 1,1 °C. Or, si la Terre se réchauffe de plus de 1,5 °C par rapport à l'ère industrielle, cela entraînera un effet domino, aggravant les conséquences du changement climatique et transformant la planète en étuve. Une situation difficilement vivable.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°912, daté février 2023.

Que se passera-t-il si nous acceptons notre sort climatique ? L'été 2022 donne un aperçu de la réponse. En proie aux feux de forêt, à des terres agricoles assoiffées et à des canicules, les citoyens européens ont été invités à s'adapter, à faire preuve de résilience et à fournir des efforts individuels.

Avec le réchauffement en cours, estimé entre +1,1 °C et +1,2 °C, depuis l'ère préindustrielle, les sécheresses sévères et les phénomènes météo extrêmes deviennent en effet plus fréquents, comme le prévoyait le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec) il y a des années. À l'automne, avant même la COP27, une résignation doublée de colère s'est emparée de certains scientifiques : les émissions de gaz à effet de serre étant toujours trop importantes, selon le Global Carbon Project, et les actions politiques ou celles des grands secteurs polluants (voir l'infographie ci-dessous) toujours trop timorées, jamais les humains ne seraient collectivement capables de limiter la hausse de température depuis l'ère préindustrielle en deçà de 2 °C et encore moins à 1,5 °C, objectifs de l'accord de Paris de 2015…

Crédit : BRUNO BOURGEOIS / SOURCE : GIEC 2022

Mais comment cela se traduirait-il exactement dans nos vies et pour la planète ? À quoi nous exposons-nous ? À un véritable emballement hydrique et thermique aux conséquences économiques et sociales désastreuses, s'inquiète l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui a produit le 2 décembre 2022 un rapport claquant comme un avertissement. À la suite de dizaines d'études scientifiques et économiques, elle "appelle les gouvernements à prendre des mesures urgentes pour lutter contre les risques de points de basculement du système climatique ", dont la probabilité de survenir était jusqu'à présent estimée faible, et négligée - à tort - dans la prise de décision en matière de politiq[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi