Climat : Greta Thunberg et les jeunes affichent leur colère à Milan

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après deux ans de pandémie, les jeunes sont de retour dans la rue pour alerter sur la crise climatique.

Ils sont des centaines à s'être réunis à Milan derrière la militante suédoise Greta Thunberg ou encore l'Ougandaise Vanessa Nakate. Ce défilé est venu clôturer un sommet des Jeunes sur le climat organisés par l'ONU avant la COP26 de Glasgow.

"L'espoir, c'est ça. L'espoir, c'est nous, le peuple. L'espoir, c'est quand les gens se rassemblent pour faire changer les choses. Nous avons le droit d'être en colère. Nous avons le droit de descendre dans la rue pour exiger des changements. Car le changement n'est pas seulement possible. Il est nécessaire de toute urgence", a clamé Greta Thunberg.

La veille, l'activiste de 18 ans a été reçue avec d'autres figures du mouvement par le chef du gouvernement italien Mario Draghi. Des jeunes qui disent en avoir assez des promesses et réclament des actions fortes des dirigeants mondiaux.

"Les jeunes demandent des actions précises, comme la fin des industries fossiles avant 2030, un système de financement plus transparent pour les questions climatiques mais aussi un tourisme responsable et durable. Greta Thunberg et les autres jeunes militants ont critiqué le fait que les chefs d'État et de gouvernement ont fait beaucoup de promesses, mais que rien ne s'est encore concrétisé", explique notre correspondante à Milan Giorgia Orlandi.

La conférence de Glasgow est la plus importante depuis la COP21 à Paris où avait été scellé il y a six ans un accord historique, mais dont les objectifs sont bien loin d'avoir été atteints.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles