Climat. Deux cents disparus après la rupture d’un glacier dans le nord de l’Inde

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Une catastrophe digne d’un film d’horreur s’est produite dimanche 7 février dans l’Uttarakhand. À cause du réchauffement climatique dans la région, un morceau de glacier est tombé dans une rivière, provoquant un tsunami dans les montagnes.

Des inondations soudaines et phénoménales ont ravagé, dimanche 7 février au matin, une région de l’Himalaya située en amont de Rishikesh, dans l’Etat indien de l’Uttarakhand. “Vers 10h45, une crue éclair s’est produite en raison de la chute d’un morceau de glacier dans la rivière Rishiganga, ce qui a augmenté de façon exponentielle le volume d’eau”, indiquait dimanche soir l’Indian Express, alors qu’un bilan provisoire faisait état d’au moins sept morts et deux cents disparus. Le Rishiganga est un affluent du Dhauli Ganga qui se jette lui-même dans le Gange.

“Le chantier de construction d’un barrage hydroélectrique situé près du village de Raini a été complètement dévasté” et les masses d’eau ont emporté sur leur passage plusieurs ponts et des dizaines de maisons. Les autorités régionales, dans la panique, “ont fait vider de toute urgence deux barrages positionnés en aval, à hauteur des villes de Srinagar et de Rishikesh”. Les témoins racontent que le bruit était assourdissant. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux ressemblent à un film catastrophe.

Le site, que certains comparent à “un tsunami des montagnes”, se trouve à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau du Népal. La police des frontières, mobilisée pour les opérations de secours, en coordination avec les paramilitaires spécialisés dans la gestion des catastrophes naturelles, a commencé à repêcher des corps et s’attend “à environ 150 morts”, indique l’Hindustan Times.

Une alerte donnée en 2019

Deux avions Super Hercules transportant des

[...] Lire la suite sur Courrier international