Les enfants nés en 2020 connaîtront deux à sept fois plus de catastrophes naturelles que leurs grands-parents

·2 min de lecture
Alors que les catastrophes naturelles se sont multipliées ces dernières années, la tendance devrait encore s'accentuer dans les décennies à venir. (Photo : YASIN AKGUL/AFP via Getty Images)

Une étude menée par une trentaine de climatologues fait état d'inquiétantes "inégalités intergénérationnelles" en matière de risques naturels.

Les chiffres font froid dans le dos. À mesure que la crise environnementale, liée entre autres au réchauffement climatique, devient chaque année une réalité de plus en plus concrète, la situation décrite par les scientifiques et son évolution prévisible pour les décennies à venir sont particulièrement inquiétantes.

À l'instar du dernier rapport du GIEC, émis il y a quelques semaines, une récente étude menée par une trentaine de climatologues et publiée dans la revue Science montre ainsi que les nouvelles générations vont devoir s'habituer à un monde de plus en plus instable et dangereux en matière de risques environnementaux.

7 fois plus de vagues de chaleur, 3 fois plus d'inondations, 2 fois plus de sécheresses... 

D'après les conclusions de cette étude, relayées par The Guardian, les personnes nées en 2020 connaîtront ainsi, en moyenne, une trentaine d'épisodes de vague de chaleur extrême au cours de leur vie, soit sept fois plus que les personnes nées soixante ans plus tôt, en 1960.

L'augmentation en proportion est un peu moins élevée pour les autres types de catastrophes naturelles, mais pas beaucoup moins inquiétante. Les auteurs de l'étude estiment en effet que les enfants nés à notre époque connaîtront deux fois plus de sécheresses et d'incendies de forêt que les personnes aujourd'hui âgées de 60 ans, mais aussi trois fois plus d'inondations et de mauvaises récoltes.

"Une grave menace pour la sécurité des jeunes générations"

Comme le précise The Guardian, toutes ces prévisions partent par ailleurs du principe, loin d'être acquis, que les différentes nations respecteront les engagements de réduction d'émissions de CO2 qu'elles ont pris ces dernières années. "Nos résultats mettent en évidence une grave menace pour la sécurité des jeunes générations et appellent à des réductions drastiques des émissions pour préserver leur avenir", plaide ainsi le professeur Wim Thiery, directeur de l'étude en question.

"Ces nouvelles conclusions renforcent notre analyse de 2019 qui montrait que les enfants d'aujourd'hui devront émettre huit fois moins de CO2 au cours de leur vie que leurs grands-parents, si l'on veut maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C, étaie Leo Hickman, rédacteur en chef du site CarbonBrief. Le changement climatique exacerbe déjà de nombreuses injustices, mais l'injustice intergénérationnelle du changement climatique est particulièrement criante."

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles